SNCF: Le numéro de téléphone pour acheter des billets ne sera plus surtaxé, annonce Guillaume Pepy

TARIFS Le 3635, qui permet d’acheter un billet, de modifier son voyage ou de se renseigner sur les horaires, 7 jours sur 7 de 7 à 22 heures, coûte actuellement 40 centimes par minute, en plus du prix d’un appel local

20 Minutes avec AFP

— 

Le siège de la SNCF à Paris (image d'illustration).
Le siège de la SNCF à Paris (image d'illustration). — JOEL SAGET / AFP

Pour permettre aux personnes qui n’ont pas d’accès Internet d’acheter des billets de train plus facilement, la SNCF a décidé de ne plus surtaxer son numéro d’appel 3635, a indiqué le PDG du groupe, Guillaume Pepy, ce mardi.

« Avant l’été, le 3635, au lieu d’être un numéro surtaxé, va être un numéro "normal" », a annoncé Guillaume Pepy sur RMC et BFMTV. « Ça veut dire que quand vous êtes une personne âgée, quand vous êtes une personne qui a du mal à se déplacer à la gare, ou quand le guichet n’est pas ouvert, vous faites le 3635 et tout simplement on vous envoie votre billet par la poste », a-t-il ajouté.

Les boutiques SNCF fermées « progressivement », « la vente en gare » maintenue

« Un peu sorti de l’esprit » selon le patron de la SNCF, le 3635 permet d’acheter un billet, de modifier son voyage ou de se renseigner sur les horaires, 7 jours sur 7 de 7 heures à 22 heures. Mais il coûte actuellement 40 centimes par minute, en plus du prix d’un appel local. Si les boutiques SNCF vont être fermées «progressivement», Guillaume Pepy a indiqué vouloir «maintenir de la vente en gare».

Reste le problème des guichets des plus petites gares : « Quand un guichet vend une dizaine ou une quinzaine de billets dans la journée, qui paye ? », a interrogé le dirigeant. « C’est le contribuable régional. » « Il faut conserver de la vente de billets TER partout, mais pour ça il faut trouver des solutions intelligentes », a-t-il estimé.

Des billets de TER bientôt vendus dans les bureaux de tabac ?

« Le président des buralistes​ (Philippe Coy, président de la Confédération des buralistes) vient me voir la semaine prochaine, et ce que je comprends », c’est qu’il veut que les bureaux de tabac vendent des billets de train. « C’est sa volonté, on va en discuter », a indiqué Guillaume Pepy.

« Je pense que c’est une bonne idée. Il y a beaucoup de bureaux de tabac, on vend de moins en moins de cigarettes, on pourrait vendre autre chose, et les billets de TER c’est une vraie bonne idée », a-t-il souligné. La SNCF expérimente aussi la vente de billets dans des guichets mobiles présents sur les marchés et travaille avec La Poste et les collectivités locales pour diversifier ses canaux de distribution, a-t-il rappelé.

« Mon objectif, c’est qu’on puisse acheter des billets de TER partout en France », a martelé le patron de la SNCF.