VIDEO. Sexisme ordinaire: On vous explique comment répondre (avec humour) aux remarques sexistes

SEXISME ORDINAIRE L'humoriste Laura Domenge nous donne quelques conseils pour répondre de manière drôle et pertinente aux propos sexistes

Lise Abou Mansour

— 

L'humoriste et autrice Laura Domenge lors de son spectacle
L'humoriste et autrice Laura Domenge lors de son spectacle — SYSPEO/SIPA
  • A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, 20 Minutes s’est penché sur le sexisme ordinaire.
  • « T’as tes règles ou quoi ? », « elle a une sacrée paire de couilles » ou « arrête de pleurer. T’es pas une gonzesse ! » sont autant de remarques relevant du sexisme ordinaire.
  • Dans son livre Merci, fallait pas. Le sexisme expliqué à ma belle-mère (Editions First), Laura Domenge donne des conseils de repartie face à ces remarques.

« Arrête de pleurer. T’es pas une gonzesse ! » Cette phrase prononcée par certains parents à leur petit garçon n’est pas anodine. Elle est un exemple parmi tant d’autres des remarques sexistes. Un sexisme ordinaire, passe-partout, dont l’humoriste Laura Domenge a décidé de faire un livre. Dans Merci, fallait pas. Le sexisme expliqué à ma belle-mère (Editions First), elle donne des astuces pour répondre de manière drôle et pertinente à ces remarques.

Dire à une femme qui s’énerve, « t’as tes règles ou quoi ? » ou à une autre qui prend une décision courageuse « elle a une sacrée paire de couilles », c’est sexiste. Dans son livre, Laura Domenge utilise l’humour et le second degré pour casser ces clichés.

Elle prend l’exemple d’une grand-mère qui raconterait : « Comme je dis toujours à mon petit-fils, il lui faut une bonne situation. Comme ça, plus tard, il se trouvera une jolie petite ! » L’autrice conseille donc aux petits garçons de vendre tout de suite l’intégralité de leurs jouets pour commencer à économiser, et aux hommes plus vieux de ne surtout pas jouer sur leur intellect pour trouver la perle rare. Elle conclut ce conseil par « si tu veux faire un doctorat de philo, sache que tu mourras puceau. »

Eléments de contexte

Sous les airs humoristiques et légers de son livre, Laura Domenge apporte des éléments de contexte pour expliquer comment on en est arrivé là. Elle évoque le Code napoléonien de 1804 qui donnait aux femmes les mêmes droits que les mineurs. Elle parle aussi du combat de George Sand pour le droit au divorce ou de  Madeleine Pelletier, première interne en psychiatrie et féministe avant-gardiste.

Mais pour l’autrice, le sexisme n’est pas seulement une affaire d’hommes. Les femmes peuvent aussi entretenir des clichés en tenant des propos misogynes. Après l’arrivée du mouvement #MeToo, Laura déjeune avec sa mère et ses copines et comprend « que ces femmes pourtant très libres et qui étaient féministes tenaient des propos clairement sexistes. J’ai constaté l’enfer du sexisme ordinaire qui s’invite hyper souvent dans les dîners de famille. »

Sensibiliser tout en faisant rire

Elle donne l’exemple d’une belle-mère qui offrirait un robot de cuisine à sa belle-fille alors que celle-ci n’aime pas cuisiner. L’humoriste conseille de lui dire « Et si vous l’offriez à votre fils, plutôt, le ThermoTruc ? C’est suffisamment cher pour qu’en cas de séparation, ça vaille le coup que ça reste dans son patrimoine, non ? » Sensibiliser tout en faisant rire, c’est le défi que Laura Domenge a décidé de relever.

Laura Domenge jouera son One Woman Show «PasSages» au Palais des glaces le 13 juin prochain.