CAF: 40% des pensions alimentaires seraient impayées

PENSIONS ALIMENTAIRES Du coup, les pensions alimentaires vont changer de responsable juridique, en espérant les rendre plus efficaces

J.-L.D.

— 

La secrétaire d'Etat Christelle Dubos, lors d'une visite dans une CAF.
La secrétaire d'Etat Christelle Dubos, lors d'une visite dans une CAF. — Ministère de la Santé

Le changement pour les pensions alimentaires, c’est maintenant. Jusqu’à présent, c’était le juge des affaires familiales qui fixait le montant de la pension. Mais bientôt, ce sera la Caisse d’allocations familiales (CAF) qui se chargera de cette mission, comme l’indique La Voix du Nord.

L’objectif est double : réduire les délais et soulager les juridictions. Pour gagner en efficacité et en temps, la CAF utilisera un barème lié aux revenus des parents. Un système jugé un peu trop mécanique par les magistrats.

Des solutions pas assez individuelles

Selon le secrétaire général du Syndicat de la magistrature, Vincent Charmoillaux, « la situation d’une famille n’est pas réductible à un barème, elle est souvent plus complexe et nécessite une décision individualisée ». Une expérimentation est prévue dans les mois à venir dans plusieurs départements.

Selon les chiffres de l’agence de recouvrement des impayés de pensions alimentaires (Aripa), près de 40 % des pensions alimentaires seraient impayées. En plus d’informer les parents séparés sur leurs droits, elle peut apporter une aide mensuelle de 115 euros par enfant, si un parent isolé ne reçoit pas la pension alimentaire. Les difficultés dans le versement des pensions alimentaires sont « l’une des problématiques majeures que rencontrent aujourd’hui les familles monoparentales qui représentent une famille sur cinq », a déclaré la secrétaire d’État Christelle Dubos.