«Gilets jaunes»: Perturbations et échauffourées autour de la raffinerie de Donges

SOCIAL Une centaine de manifestants tentent de bloquer les accès à la raffinerie Total, située près de Saint-Nazaire

J.U. avec AFP

— 

Lors d'une mobilisation devant la raffinerie de Donges, en mai 2016 (illustration)
Lors d'une mobilisation devant la raffinerie de Donges, en mai 2016 (illustration) — L. Venance/ AFP

L’appel à des actions ciblant des dépôts et raffineries pétroliers avait été lancé pour la journée de mardi. Une centaine de personnes, essentiellement des «gilets jaunes», ont perturbé ce mardi dès l’aube la raffinerie Total de Donges près de Saint-Nazaire. Plusieurs ronds-points, dont celui des Six-croix, ont été ponctuellement bloqués.

La mobilisation a commencé dès 4h du matin, avec l’arrivée d’environ 120 manifestants, selon la gendarmerie. Dans un brouillard épais, ils ont allumé des feux de pneus et de palettes, scandant les slogans « on ne lâche rien » et « Macron démission ». Des échauffourées ont éclaté, les forces de l’ordre ont tiré des gaz lacrymogènes. Depuis 10h30, les camions circulent normalement.

Appel à cesser le travail

La CGT, FSU et Solidaires avaient appelé à cesser le travail dans la matinée et à soutenir la manifestation, expliquant qu’elle rejoignait les revendications des « gilets jaunes » sur l’augmentation du pouvoir d’achat.

En Alsace, le dépôt pétrolier de Mulhouse (Haut-Rhin) a aussi été bloqué tôt mardi matin pendant environ trois heures par une cinquantaine de « gilets jaunes ». Ils ont finalement été délogés dans le calme par les forces de l’ordre.