Sarcelles: Deux adolescents tirent à la carabine à plomb devant une synagogue, un homme blessé

VAL D'OISE Le parquet a retenu la circonstance aggravante d'antisémitisme

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration police.
Illustration police. — E. Frisullo / 20 Minutes

Deux adolescents ont été interpellés après avoir tiré vendredi soir à la carabine à plomb devant une synagogue de Sarcelles (Val-d’Oise), blessant légèrement un homme au mollet, a-t-on appris lundi auprès du parquet de Pontoise, qui a précisé avoir retenu en l’état la circonstance aggravante d’antisémitisme.

Les deux jeunes, âgés de 15 et 16 ans, ont été interpellés samedi à Sarcelles où vit une importante communauté juive, au lendemain des faits, a ajouté le parquet, confirmant une information du Parisien. Ils étaient présentés lundi à un juge des enfants.

Ils ont reconnu avoir tiré depuis le balcon d’un immeuble situé en face de la synagogue, située rue Charles-Péguy, a ajouté le parquet. Un homme qui se trouvait devant le lieu de culte a été légèrement blessé par un tir. Il souffrait d’une « blessure superficielle », a déclaré au Parisien le maire (PS) Patrick Haddad, en condamnant l’agression.

« Les personnes antisémites ne se cachent plus »

Moïse Kahloun, le président de la communauté juive de Sarcelles, a dénoncé une agression d’abord motivée par la bêtise, d’après le quotidien. « Ce n’est pas une agression antisémite. Ce sont des enfants qui auraient tiré sur n’importe qui ». Il s’est dit d’abord préoccupé par la montée des insultes antisémites : « Les personnes antisémites ne se cachent plus et le disent ouvertement », a-t-il regretté.

Cette agression a eu lieu alors que plusieurs actes antijuifs ont été recensés la semaine dernière : croix gammées barrant le visage de Simone Veil, arbre à la mémoire du jeune Ilan Halimi scié. Lors de l’acte 14 des « gilets jaunes » samedi dernier, le philosophe Alain Finkielkraut a essuyé de violentes injures antisémites à Paris.

Mardi soir, plusieurs rassemblements sont prévus en France contre l’antisémitisme, dont un grand à Paris où se rendront Edouard Philippe et une grande partie du gouvernement ainsi que les représentants d’une vingtaine de partis. Les actes antijuifs ont bondi de 74 % en 2018, selon les chiffres du gouvernement.