Toulouse: «Gardarem» l'occitan au lycée, un millier de personnes ont marché contre la réforme Blanquer

MANIFESTATION Un millier de personnes ont marché dimanche dans les rues de Toulouse contre la réforme occitane et son impact sur les langues régionales

Beatrice Colin

— 

Lors de la manifestation pour la défense de la langue occitane, dimanche 17 janvier à Toulouse.
Lors de la manifestation pour la défense de la langue occitane, dimanche 17 janvier à Toulouse. — B. Colin / 20 Minutes

La réforme du lycée porté par Jean-Michel Blanquer mobilise les partisans des langues régionales qui ont décidé de manifester dans les rues de la Ville rose dimanche, au premier rang desquels les Occitans.

Venus d’un peu partout de la région, ils sont plus d’un millier à avoir manifesté derrière des banderoles, affichant « Pas d’Occitanie sans l’occitan ! »

Pour eux, cette réforme équivaut tout simplement à la mise à mort de l’enseignement de la langue, aujourd’hui 50.000 élèves au sein de l’académie de Toulouse.

Parmi eux, 13.000 sont des collégiens et des lycéens. « Il n’y aura plus la possibilité de prendre l’occitan en troisième langue, ce qui permettait d’obtenir des points au bac, désormais leur note comptera pour 1 % de leur note finale, contrairement au latin et au grec qui sont passés à un coefficient 3. Cela va évidemment avoir un impact pour cette option », déplore Guilhem Latrubesse du « Partit occitan ».

Engagements d’Emmanuel Macron

Et pour ce dernier, cela va de pair avec l’annonce du rectorat de Toulouse de supprimer des moyens spécifiques octroyés aux établissements pour l’enseignement de l’occitan. A ses côtés, des élus toulousains comme le maire et le premier adjoint de Toulouse, mais aussi les écologistes, ont défilé.

Les manifestants demandent une modification du projet de loi, faisant référence aux engagements pris en juin 2018 par Emmanuel Macron pour les langues régionales.