VIDEO. «La France elle est à nous»... Alain Finkielkraut insulté en marge de la manifestation des «gilets jaunes»

ANTISEMITISME Des insultes ont fusé, nécessitant l’intervention des forces de l’ordre

J.D.

— 

Alain Finkielkraut, le 26 novembre 2013 à Paris.
Alain Finkielkraut, le 26 novembre 2013 à Paris. — PIERRE VILLARD/SIPA

En plein acte 14 des « gilets jaunes », certains manifestants ont croisé la route du philosophe et académicien Alain Finkielkraut à Paris, et l’ont pris à partie de manière violente. Des forces de l’ordre qui suivaient le cortège sont intervenues.

Sur une vidéo postée par des internautes et le journaliste freelance Charles Baudry sur Twitter, on peut voir le philosophe se faire traiter de « sale sioniste de merde » et entendre les manifestants qui défilaient boulevard du Montparnasse crier « rentre chez toi ! » ou encore « grosse merde sioniste », « nous sommes le peuple », « la France elle est à nous ».

« Un déferlement de haine à l’état pur »

Plusieurs responsables politiques, dont des membres du gouvernement, ont rapidement condamné ces actes. Parmi eux, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, qui a dénoncé « un déferlement de haine à l’état pur que seule l’intervention de la police a interrompu ». Le ministre a également indiqué sur Twitter qu’il était « tout simplement intolérable d’assister à une telle scène à Paris, en 2019 ».

« La bête immonde tapie dans l’anonymat d’une foule. Ceux qui insultent ont le visage découvert. J’espère qu’ils seront identifiés, poursuivis et lourdement condamnés », a renchéri le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.