Les Pyrénées, c'est la montagne, le ski, mais aussi tout un patrimoine oublié désormais recensé

RECHERCHE Le projet de recherche «Thermalisme, Culture, Villégiature», mené par l’université Jean-Jaurès, ausculte et répertorie le patrimoine varié des Pyrénées

Julie Rimbert

— 

Les Pyrénées.
Les Pyrénées. — S. Hagimont
  • Des chercheurs d’Occitanie et de Nouvelle-Aquitaine étudient depuis novembre 2017 le patrimoine du massif pyrénéen pour en dresser un inventaire.
  • Les Pyrénées sont connues notamment pour l’usage médical des eaux thermales et la mise en valeur esthétique de leur environnement et de leurs paysages.
  • Les résultats de cet inventaire sont exposés au grand public et aux offices de tourisme.

Mieux connaître l’histoire et le patrimoine des Pyrénées. Depuis novembre 2017, une quarantaine de chercheurs, des régions Occitanie et Nouvelle Aquitaine, travaille sur le projet de recherche « Thermalisme, Culture, Villégiature dans les Pyrénées » (TCV-PYR), cofinancé par le fonds européen de développement régional.

Historiens, géographes, ethnologues et anthropologues mettent en commun leurs compétences pour dresser un inventaire du patrimoine bâti, culturel et immatériel, issu du thermalisme, des pratiques sportives et du tourisme.

Ce projet de recherche s’achèvera en octobre 2020.

Richesse patrimoniale, version numérique

« L’intérêt de cet inventaire est de montrer la richesse et la diversité du patrimoine pyrénéen du XVIIIe siècle à nos jours, explique Steve Hagimont, docteur en histoire de l’université Toulouse-Jean Jaurès. Cela montre que les Pyrénées ont été façonnées par le tourisme, le thermalisme et le désir des beaux paysages. Notre travail sera mis à la disposition des offices de tourisme et du grand public par le biais d’une application. »

Le massif pyrénéen est l’un des pionniers du tourisme mondial, notamment par l’usage médical des eaux thermales et la mise en valeur esthétique de son environnement et de ses paysages. Thermes, casinos, hôtels, villas, hôpitaux, refuges de montagne, parcs, stations de sports d’hiver, paysages, transhumance, sentiers de promenade, fêtes locales, pastoralisme, les champs d’études sont infinis…

Une application dans les cartons

« Par exemple, Bagnères-de-Luchon, première station de sports d’hiver des Pyrénées au début du XXe siècle, possède un riche patrimoine avec ses grands hôtels et ses thermes mais ces bâtiments connaissent aujourd’hui des difficultés de gestion car les pratiques ont changé », souligne Steve Hagimont.

Une fois terminés, les inventaires sont présentés aux habitants des zones concernées lors de réunion publique. Une application gratuite est aussi envisagée pour proposer aux touristes des parcours de visite dans le massif, avec des explications sur les différents éléments de patrimoine.