C’est l’heure du BIM: Un mur en «urgence», un coffre-fort disparu et une figure des «gilets jaunes» au tribunal

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d'information matinal (BIM)...

Marion Pignot
— 
Donald Trump dans le bureau ovale de la Maison Blanche (illustration).
Donald Trump dans le bureau ovale de la Maison Blanche (illustration). — Evan Vucci/AP/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap' pour vous aider à y voir plus clair.

Donald Trump va déclarer l'« urgence nationale » pour financer le mur

Donald Trump a choisi la confrontation en annonçant qu’il allait déclarer l'« urgence nationale » aux Etats-Unis pour construire un mur à la frontière mexicaine. Le président américain a opté pour le passage en force afin de boucler le financement du mur qu’il veut ériger à la frontière avec le Mexique et qui doit permettre de lutter contre l’immigration clandestine.

Donald Trump s’était dit, mercredi, « extrêmement mécontent » de l’accord trouvé au Congrès entre les républicains et les démocrates, qui ne consacre que 1,3 milliard de dollars pour la construction du mur, alors que Donald Trump réclamait près de 6 milliards de dollars. Devant cet échec, le président en serait donc réduit à employer la manière forte : utiliser son pouvoir exécutif pour réquisitionner des fonds qui pourraient être affectés à d’autres tâches ?

Un proche d'Alexandre Benalla dément avoir déplacé son coffre-fort disparu

Le militaire Chokri Wakrim, impliqué dans un contrat négocié par Alexandre Benalla avec un sulfureux oligarque russe, a démenti jeudi avoir déplacé le coffre-fort de son ami juste avant une perquisition effectuée l’été dernier comme l’en accuse le quotidien Libération. Placé en garde à vue le vendredi 20 juillet dans l’enquête sur les violences du 1er-Mai, Alexandre Benalla avait déclaré posséder des armes déclarées dans une armoire forte, mais les policiers ne l’avaient pas trouvée durant leur perquisition à son domicile au domicile d’Alexandre Benalla. Ce dernier avait expliqué devant les juges d’instruction qu’il avait, avant sa garde à vue, demandé à « un ami » « de récupérer tout ce qui pouvait être volé (…) et notamment les armes » à son domicile, par « souci de sécurité ».

Jeudi soir, Libération a affirmé que cet « ami » n’était autre que Chokri Wakrim, un militaire de 34 ans. Suspendu à titre conservatoire de ses fonctions la semaine dernière, le trentenaire est par ailleurs convoqué ce vendredi par la brigade criminelle dans l’enquête sur les conditions d’enregistrement d’une conversation entre Alexandre Benalla et Vincent Crase, en violation de leur contrôle judiciaire.

Eric Drouet, figure des « gilets jaunes », au tribunal

Eric Drouet, dont l’interpellation le 2 janvier avait indigné à gauche comme à droite, comparaît ce vendredi matin devant le tribunal correctionnel de Paris. Le chauffeur routier de Seine-et-Marne, figure des « gilets jaunes », est jugé pour l'« organisation sans déclaration préalable » de deux manifestations, celle du 22 décembre - l’acte 6 des « gilets jaunes » lors duquel il avait déjà été interpellé - et celle du 2 janvier. Il encourt six mois d’emprisonnement et 7.500 euros d’amende.