La CGT et FO appellent à la grève le 19 mars pour «amplifier le mouvement social»

SOCIAL Depuis le début du quinquennat, FO s’est joint une seule fois à la CGT pour manifester

20 Minutes avec AFP

— 

Un membre de la CGT et un "gilet jaune" défilant ensemble à Dijon le 5 février 2019
Un membre de la CGT et un "gilet jaune" défilant ensemble à Dijon le 5 février 2019 — KONRAD K./SIPA

La CGT, FO, Solidaires et les organisations de jeunesse Unef (étudiants) et UNL (lycéens) ont appelé mercredi à une journée d’action et de grève le 19 mars afin d'« amplifier le mouvement social ». Depuis le début du quinquennat, FO s’est joint une seule fois à la CGT pour manifester, en octobre dernier, juste avant que ne débute le mouvement des « gilets jaunes ».

Le 5 février dernier, à l’appel notamment de la CGT mais aussi pour la première fois avec la participation de « gilets jaunes » qui, jusqu’à présent, avaient regardé les syndicats avec méfiance, près de 300.000 personnes avaient manifesté dans 200 villes selon les organisateurs, 137.200 d’après le ministère de l’Intérieur.

Des difficultés qui ne cessent de croître pour les jeunes

« La situation sociale en France est marquée par l’expression diverse et multiple d’un mécontentement social grandissant, par l’aspiration à une véritable justice sociale et fiscale, par la dénonciation des reculs sur les libertés publiques comme individuelles. Le mouvement des "gilets jaunes" est l’expression récente de cette profonde crise sociale », relèvent ce mercredi les organisations dans leur communiqué.

Pour elles, les annonces faites par l’exécutif « n’ont pas répondu aux attentes ». Quant au « grand débat national » en cours, « il ne peut ni se substituer, ni contourner, encore moins être opposé aux revendications sociales et syndicales ».

« Pour les jeunes, les difficultés ne cessent de croître : sélection, réforme du lycée et de la voie professionnelle, hausse des frais d’inscription des étudiants étrangers hors UE, progression de la précarité étudiante et gel des prestations sociales, ne font qu’attaquer le droit d’étudier », relèvent-elles.

Amplifier la mobilisation sociale

« Augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux », « égalité femmes-hommes et un véritable droit à l’éducation et à la formation », renforcement de la « protection sociale » et du « système solidaire de retraite par répartition » ; réponse « aux enjeux climatiques et environnementaux, tout en développant des emplois de qualité », égrènent les organisations syndicales et de jeunesse au titre de leurs revendications.

« C’est dans ce but que nos organisations appellent à l’élargissement et l’amplification de la mobilisation sociale », expliquent-elles, en appelant à « une puissante journée d’action, de mobilisations et de grève le 19 mars ».