VIDEO. Nantes: Au coeur du spectaculaire chantier de démolition de l'usine de cigarettes Seita

TRAVAUX Quatre ans après le plan social et le départ des 320 salariés, l'usine de la Seita à Carquefou est en train d'être rasée

Julie Urbach

— 

Chantier de démolition de l'usine de la Seita à Carquefou
Chantier de démolition de l'usine de la Seita à Carquefou — J. Urbach/ 20 Minutes
  •  L'entreprise Occamat est chargée de la démolition des 70.000 m2 de bâtiments.
  • D'ici à 2020, Lidl doit construire sa plateforme régionale sur ce vaste site, situé à Carquefou.

Plus de quatre ans après sa fermeture, l'usine de la Seita (Imperial Tobacco) à Carquefou s’apprête à être définitivement rayée de la carte. De l’immense fabrique de cigarettes, vide depuis le départ des 320 salariés à la suite d’un plan social particulièrement mal vécu, il ne reste plus que quelques murs, et de gigantesques tas de gravas. Depuis le mois de décembre, plusieurs dizaines d’ouvriers et d’engins géants ont investi le site de 12 hectares, situé tout près de la maison d’arrêt. Objectif : faire place nette d’ici à fin mai, avant que Lidl n’y démarre la construction de sa plateforme logistique.

« C’est un chantier de démolition exceptionnel sur Nantes, assure Simon Grollier, conducteur de travaux au sein de l’entreprise Occamat. D’abord, parce que ce site est très connu des habitants : plusieurs générations d’ouvriers y ont travaillé. Mais aussi parce que l’on ne démolit pas 70.000 m² de bâtiments tous les jours ! » Au milieu de ce site chargé d'histoire, qui a hébergé la plus grosse fabrique de cigarettes de France, c’est vrai qu’on se sent vraiment tout petit. Début février, la moitié des bâtiments a déjà disparu.

Démolition de l'usine de la Seita, à Carquefou
Démolition de l'usine de la Seita, à Carquefou - J. Urbach/ 20 Minutes

Tri des déchets

Pour mener cette opération à bien, pas moins de 11 pelles géantes vont et viennent pour démolir les toitures et les murs. Le tout s’effectue par phases, car même si le site est immense, les tas de matériaux peuvent vite prendre beaucoup de place, dit-on, voire gêner le déplacement des engins. Avant cette étape spectaculaire, une fois un repérage des lieux effectué, il a fallu mettre ces bâtiments de 10 mètres de haur à nu. « Nous avons retiré tous les câblages et le mobilier, détaille Simon Grollier. Environ 12.000 m² de faux plafonds ont été sortis ! »

Au total, la société Occamat a calculé qu'elle repartira avec 80.000 tonnes de gravas et déchets. La moitié sera constituée de béton, qui sera concassé sur place, et réutilisé pour le chantier. Le reste, beaucoup de ferraille et déchets électroniques, sera trié puis revalorisé.

Démolition de l'usine de la Seita, à Carquefou
Démolition de l'usine de la Seita, à Carquefou - J. Urbach/ 20 Minutes

Nouvelle plateforme pour Lidl

En 2020, le site doit reprendre de vie économiquement parlant avec l’arrivée de Lidl, qui va transférer sa centrale régionale de Sautron à Carquefou. Fin 2017, la marque annonçait que les 250 emplois de la centrale seront préservés. Mieux encore, 50 emplois supplémentaires doivent être créés dès la livraison de la nouvelle plateforme, et encore 50 autres d’ici trois ans. Le futur entrepôt sera « exemplaire en matière de protection de l’environnement » (panneaux photovoltaïques, éclairage naturel, isolation haute performance…), promet-on. Coût de l’investissement : 50 millions d’euros.

Démolition de l'usine de la Seita, à Carquefou
Démolition de l'usine de la Seita, à Carquefou - J. Urbach/ 20 Minutes