Isère : Colère et solidarité des enseignants après l’agression de deux profs à Grenoble et l’Isle-d’Abeau

VIOLENCE Vendredi, deux enseignants se sont fait agresser à Grenoble et à l’Isle-d’Abeau. Face à ces violences, leurs collègues se mobilisent

E.F.
— 
Deux enseignants se sont fait agresser vendredi 8 février en Isère. Illustration.
Deux enseignants se sont fait agresser vendredi 8 février en Isère. Illustration. — © Fabrice ELSNER
  • Deux enseignants ont été violemment agressés vendredi en Isère, l’un au sein de son établissement à L’Isle-d’Abeau, le second à sa sortie d’un lycée de Grenoble.
  • Leurs collègues ont usé de leur droit de retrait pour soutenir les victimes et protester contre les violences.

Les agressions ont eu lieu à quelques dizaines de kilomètres de distance, presque au même moment. En ce début de semaine, l’incompréhension et la colère des enseignants dominent en Isère, où vendredi, deux professeurs se sont fait agresser.

L’un d’eux, enseignant l’histoire-géographie au collège Doisneau de l’Isle-d’Abeau, a été pris à partie par le père de l’une de ses élèves. Ce dernier, prétextant un rendez-vous, s’est rendu dans la classe de l’enseignant et s'est rapidement emporté. Il aurait alors fait chuter le professeur à terre, le blessant au genou, rapporte Le Dauphiné. Sorti de l’établissement par des collègues de la victime, l’homme, connu des services de police, a été interpellé peu après par les gendarmes. Il a été placé en garde à vue.

Le père de famille placé sous contrôle judiciaire

Le père de famille, qui a nié les faits, a été placé sous contrôle judiciaire à l’issue de sa présentation au parquet et devra s’expliquer au printemps devant la justice. En soutien à leur collègue, les enseignants du collège ont exercé leur droit de retrait lundi. Une réunion avec les services de l’inspection académique et des représentants des forces de l’ordre s’est tenue au collège afin d’améliorer la sécurité aux abords et à l’intérieur de l’établissement.

Mercredi matin, les professeurs du lycée à Mounier à Grenoble seront également mobilisés contre la violence. Ils ont prévu de se rassembler devant l’établissement à 7h45 et d’accueillir les élèves autour d’un petit-déjeuner après l’agression dont a été victime l’un des leurs vendredi.

Le nez cassé, un doigt cassé, des contusions

Un professeur de 56 ans sortait du lycée vendredi après-midi lorsqu’il a été roué de coups à l’arrêt de tram le plus proche de Mounier. Des personnes masquées l’ont passé à tabac jusqu’à ce qu’il perde connaissance. « Ils ont attaqué par-derrière et ont visé le visage », témoigne dans Le Dauphiné la victime qui a eu le nez fracturé, un doigt cassé, la lèvre blessée et présente de multiples contusions sur le visage. Les agresseurs ont été mis en fuite par des élèves du lycée et l’enseignant a porté plainte. Une enquête a été ouverte.

« Ces derniers temps, partout en France, les violences contre les enseignants se sont multipliées: c’est inacceptable », ont indiqué les professeurs du lycée grenoblois dans une lettre ouverte adressée au préfet de l’Isère, à la rectrice et aux autorités locales.

« Nous refusons catégoriquement cette violence et souhaitons lui opposer les valeurs de tolérance et d’ouverture qui sont les nôtres », indiquent les collègues de la victime qui ont également usé de leur droit de retrait suite à l’agression.