Grand débat national: 40% des Français disent ne pas avoir d'alternative à la voiture

TRANSPORTS Selon ce sondage, 80 % des Français interrogés se disent « plutôt favorables » à la prise en compte du vote blanc

20 Minutes avec AFP

— 

Un embouteillage sur l'autoroute A7 à Lyon.
Un embouteillage sur l'autoroute A7 à Lyon. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Des Français ont été interrogés sur leurs opinions dans le cadre du grand débat national. Il ressort de ce sondage BVA-Orange-RTL publié ce lundi que 40 % des personnes interrogées affirment ne pas avoir d’alternative à la voiture individuelle pour leurs déplacements quotidiens.

A la question « avez-vous pour vos déplacements quotidiens la possibilité de recourir à des solutions de mobilité alternatives à la voiture individuelle », 50 % des personnes interrogées répondent par l’affirmative, 40 % par la négative. Seuls 8 % des Français n’utilisent aucune voiture au quotidien.

Un regard sur l’argent de l’Etat

L’institut de sondage a sélectionné des questions parmi les propositions listées sur le site granddebat.fr. « En matière de dépenses publiques, afin de réduire le déficit public de la France », 76 % des personnes interrogées se disent, parmi les trois réponses proposées, favorables à « réduire la dépense publique ».

3 % choisissent « augmenter les impôts » et 10 % « faire les deux en même temps », 11 % ne se prononçant pas. Parmi les « dépenses publiques » qu’il faudrait « réduire en priorité », les Français sont 74 % à choisir « les dépenses de l’Etat », loin devant « les dépenses sociales » (11 %) et « les dépenses des collectivités territoriales » (9 %).

57 % des Français favorables aux « gilets jaunes »

Pour le thème « démocratie et citoyenneté », parmi les mesures proposées, 80 % se disent « plutôt favorables » à la prise en compte du vote blanc (contre 11 %), 63 % à « avoir davantage recours au référendum au niveau national » (contre 21 %), 61 % à l’introduction d’une dose de proportionnelle pour certaines élections (contre 15 %), 54 % à rendre le vote obligatoire (contre 32 %) et 51 % à « tirer au sort des citoyens non élus pour les associer à la décision publique » (contre 31 %).

Enfin, à la question « avez-vous déjà renoncé à des droits/des allocations en raison de démarches administratives trop complexes ? », ils sont 60 % à répondre « non », contre 35 % à répondre « oui », 5 % ne se prononçant pas. Parmi les personnes interrogées, 9 % se considèrent « gilet jaune », 48 % « sympathisant des "gilets jaunes" », 19 % « opposant aux "gilets jaunes" », 24 % estimant qu'« aucune de ces propositions » ne leur correspond. Enquête réalisée par internet du 5 au 6 février, auprès d’un échantillon de 1.002 adultes représentatif de la population française, selon la méthode des quotas (marge d’erreur non communiquée).