Courses, ménage, toilette... Plus de 40% des personnes de plus de 75 ans se font aider chez elles au quotidien

DEPENDANCE Chez les plus de 75 ans, les enfants sont les principaux aidants

20 Minutes avec AFP

— 

Les personnes âgées sont aidées à domicile par leur famille et des professionnels.
Les personnes âgées sont aidées à domicile par leur famille et des professionnels. — Fred TANNEAU / AFP

Qui prend en charge la dépendance ? Pour rester chez elles le plus longtemps possible, quelque 21 % des personnes de plus de 60 ans se font aider pour des actes essentiels de la vie quotidienne. La moitié de cette aide est fournie par des professionnels, selon une étude de la Drees publiée ce vendredi. Sans surprise, le taux de recours à une aide extérieure croît avec l'âge : elle est inférieure à 10 % pour les plus « jeunes » (60 à 74 ans), le plus souvent les courses ou le ménage, mais dépasse les 40 % après 75 ans.

« Plus le niveau de dépendance augmente, moins l’aide de l’entourage uniquement suffit face à la multiplicité des difficultés rencontrées par le senior », observe le service statistique des ministères sociaux, qui a mené cette étude en 2015 en interrogeant environ 15.000 personnes.

Une aide familiale et professionnelle

Ainsi, parmi ceux qui se font aider, les plus autonomes sont 58 % à solliciter uniquement leur entourage familial ou amical, et 20 % à cumuler aide familiale et professionnelle. En revanche, chez les plus dépendants, « une aide professionnelle devient nécessaire pour réaliser des actes de plus en plus complexes : toilette, habillage… », si bien que 77 % sont aidés à la fois par leurs proches et par des professionnels.

Mais seuls 4 % ne sont assistés que par des professionnels, « ce qui est probablement révélateur de la difficulté du maintien à domicile des personnes les plus dépendantes sans aide de l’entourage », notent les auteurs de l’étude. Chez les moins de 75 ans, 61 % des seniors aidés le sont au moins par leur conjoint, et 33 % au moins par leurs enfants. Chez les plus de 75 ans, les enfants deviennent les aidants familiaux principaux (à 63 %), devant le conjoint (29 %).