Prothèses mammaires: Des femmes porteuses d’implants saisissent la justice

JUSTICE Parmi les plaignantes qui portent des implants mammaires de marque Allergan, l'une souffre d’un cancer

20 Minutes avec AFP

— 

Une prothèse mammaire.
Une prothèse mammaire. — MIGUEL MEDINA / AFP

Des femmes portant des implants mammaires de marque Allergan, dont l’une souffre d’un cancer, déposent plainte à Paris et à Marseille pour « mise en danger délibérée de la vie d’autrui », a-t-on appris jeudi auprès de leurs avocats.

Une première plainte concernant deux femmes a été déposée mercredi auprès du tribunal de grande instance (TGI) de Paris, par Me Laurent Gaudon, a indiqué ce dernier à l’AFP, confirmant une information de Radio France et du Monde. L’avocat, qui avait défendu des victimes des implants PIP, a vu « plus d’une cliente sur 4 se faire poser des prothèses Allergan après PIP ».

Des doutes sérieux depuis 2015

« Dès 2015, il y a eu des doutes sérieux sur ces implants, l’Inca (Institut national du cancer), alors dirigé par (la ministre de la Santé) Agnès Buzyn, a rapporté que sur 18 cas de lymphome suite à la pose d’implants, 14 étaient de marque Allergan », dénonce-t-il.

Jeudi matin, une autre femme de 42 ans, victime d’un lymphome anaplasique à grandes cellules, va porter plainte auprès du pôle santé publique du TGI de Marseille, selon son avocat Me Emmanuel Molina. « Elle a été victime dans sa chair de dommages irréversibles », décrit-il à l’AFP, « et nous avons des éléments qui attestent le lien de causalité entre les prothèses et le déclenchement de ce cancer très agressif ». Les deux plaintes visent « à la fois le laboratoire, l’organisme de certification et les autorités sanitaires », assure Me Molina, ajoutant « redouter un scandale sanitaire de grande ampleur ».

Ce sont les implants à enveloppe texturée qui sont en cause

Sur environ 500.000 femmes porteuses d’implants mammaires en France, une cinquantaine de cas d’une forme rare de cancer, le lymphome anaplasique à grandes cellules (LGAC), a été recensée depuis 2011, principalement concernant des implants à enveloppe texturée. Ce type d’implants mammaires représente 85 % du marché français et Allergan est l’un des acteurs majeurs de ce segment dans le pays. Mi-décembre, le géant pharmaceutique avait défendu dans un communiqué le profil de « bénéfice-risque » de ses implants mammaires texturés.

Allergan avait perdu quelques jours plus tôt le marquage CE pour ses implants mammaires à enveloppe texturée parce qu’il n’avait pas pu présenter des données additionnelles sur ces produits dans les délais impartis, a-t-il expliqué.