«Gilets jaunes»: Le soutien au mouvement est en légère hausse

SONDAGE Près de six Français sur dix se disent par ailleurs insuffisamment informés de l'organisation du grand débat

20 Minutes avec AFP

— 

Des «gilets jaunes» à Toulouse, le 5 janvier 2019. Illustration.
Des «gilets jaunes» à Toulouse, le 5 janvier 2019. Illustration. — F. Scheiber / Sipa

Près de deux Français sur trois (64 %) continuent de « soutenir » le mouvement des « gilets jaunes », soit deux points de plus en un mois, et 77 % (+3) jugent leur mobilisation justifiée, selon un sondage YouGov diffusé jeudi.

Les personnes interrogées sont 32 % (-2) à ne pas soutenir le mouvement. Pour 52 % (+4), les « gilets jaunes » ne doivent pas cesser leur mobilisation pendant le grand débat national, contre 36 % (-2) d'un avis contraire, selon cette enquête pour le HuffPost et CNews.

Les propositions « n’infléchiront pas la politique du gouvernement »

Près de six Français sur dix (58 %) se disent par ailleurs insuffisamment informés de l’organisation du grand débat ouvert par le gouvernement pour trouver une issue à la crise des « gilets jaunes », contre 38 % d’un avis contraire. Une majorité (54 %) considère également que les propositions émanant des débats ne seront pas restituées « en toute transparence et impartialité », contre 32 % pour lesquels elles le seront. Pour 58 % (contre 26 %), elles n’infléchiront pas non plus la politique du gouvernement.

Une forte majorité (71 %) souhaite en revanche que les « décisions prises suite au grand débat » soient soumises à un référendum, contre 19 % d’un avis opposé.

Enfin, la cote d’Emmanuel Macron reste stable, avec 21 % de jugements favorables sur son action et 73 % d’avis défavorables, de même que celle du Premier ministre, avec 22 % d’opinions positives et 69 % d’avis négatifs sur son action. Les trois quarts des Français jugent par ailleurs défavorablement l’action du gouvernement, contre 19 % d’un avis contraire.

Enquête réalisée du 30 au 31 janvier auprès de 1.037 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.