La Réunion: Un bateau avec 70 migrants à bord intercepté au large de l'île

IMMIGRATION Depuis mars 2018, plusieurs navires venant du Sri Lanka ont tenté d’accoster sur l’île de La Réunion

20 Minutes avec agences

— 

Un bateau de migrants a tenté d'accoster sur l'île de La Réunion. (Illustration)
Un bateau de migrants a tenté d'accoster sur l'île de La Réunion. (Illustration) — CHINE NOUVELLE / SIPA

Le Imula, un navire présumé sri-lankais avec environ 70 personnes à bord, a été intercepté ce lundi par les autorités maritimes au large de Saint-Philippe, sur la côte sud de l’île de La Réunion.

« Aucun signe visible d’avarie du navire n’est constaté. Environ 70 personnes sont présentes à bord dontcinq enfants et huit femmes », a ainsi indiqué la préfecture dans un communiqué. La nationalité des passagers « n’est pas confirmée à ce stade ».

Sixième accostage depuis mars 2018

Le bateau est attendu ce mardi dans la matinée au grand port maritime de La Réunion. « Tous les passagers seront pris en charge pour une évaluation sanitaire et administrative » ajoute la préfecture.

Si la provenance du navire se confirme, ce sera la sixième fois depuis mars 2018 qu’un bateau de migrants sri-lankais tente d’accoster sur l’île française de l’Océan Indien. Il « y a manifestement des filières d’immigration illégales qui sont à l’œuvre », avait déclaré Frédéric Joram, secrétaire général de la Préfecture de La Réunion, fin décembre à la presse locale.

Renforcement de la surveillance

Le 17 janvier dernier, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur, Laurent Nuñez, avait indiqué que plusieurs navires avaient été « empêchés de quitter le Sri Lanka​ pour se rendre à La Réunion ». Il avait également annoncé un renforcement de la surveillance des côtes réunionnaises.

La dernière arrivée remonte au 26 décembre dernier. Un bateau de pêche sri-lankais transportant sept migrants avait accosté sur l’île. Les occupants ont été reconduits peu de temps après dans leur pays situé à un peu plus de 4.000 km de La Réunion.