Viande avariée polonaise: Comment le lot suspect a été repéré avant sa commercialisation en Ille-et-Vilaine ?

SCANDALE Les services de l’État assurent qu’aucune viande bovine provenant des lots frauduleux n’a été vendue à des consommateurs du département

Manuel Pavard

— 

La traçabilité de la viande est assurée, de l'animal vivant jusqu'à l'étal.
La traçabilité de la viande est assurée, de l'animal vivant jusqu'à l'étal. — GUTNER/SIPA
  • Aucune viande polonaise frauduleuse n'a été vendue aux consommateurs en Ille-et-Vilaine.
  • Les services préfectoraux ont réussi à identifier et détruire le lot suspect avant sa commercialisation.
  • La France et la Pologne suivent les mêmes règles de traçabilité mais pour les éleveurs, seul le logo Viandes de France garantit le respect total des normes sanitaires.

Les amateurs de bavettes et d’entrecôtes peuvent être rassurés. Aucune viande polonaise frauduleuse n’a été commercialisée en Ille-et-Vilaine, selon la préfecture, contactée par 20 Minutes. Samedi soir, le ministère de l’Agriculture avait pourtant indiqué que des boucheries et des restaurants du département pouvaient se retrouver en possession d’une partie des 145 kilos encore en circulation en France.

Après enquête, les services de l’État ont réussi à retrouver la viande suspecte ce dimanche. En Ille-et-Vilaine, deux entreprises, dont l’identité n’a pas été dévoilée, ont d’abord été identifiées. « Pour la première, le numéro de lot ne correspondait pas, c’était une erreur de l’enquête », précise Gilles Fièvre, directeur départemental adjoint de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP).

L’autre, en revanche, possédait bien un lot frauduleux mais « les quantités n’ont pas été incorporées » à des préparations alimentaires et « feront l’objet aujourd’hui [ce lundi] d’une destruction préventive ». « Aucune viande frauduleuse n’a donc été commercialisée ou vendue à des consommateurs », tente de rassurer Gilles Fièvre.

La Pologne soumise aux mêmes règles de traçabilité

Ce nouveau scandale pose une nouvelle fois la question de la traçabilité. « C’est obligatoire pour ce type de produits, explique Gilles Fièvre. Les bovins sont tous dotés d’une petite étiquette derrière l’oreille. » Le procédé, imposé en France depuis le scandale de la vache folle, à la fin des années 1980, permet de « suivre tout le parcours, de l’animal vivant jusqu’aux étals ».

En Pologne, ajoute Gilles Fièvre, il existe « la même traçabilité » depuis l’adhésion du pays à l’Union européenne, en 2004. « La Pologne a donné à la Commission de Bruxelles les lots concernés, puis celle-ci a envoyé aux États membres concernés l’identité des grossistes. Il y en avait un en France, en région parisienne, qui a été inspecté. Puis les numéros de lots ont été transmis aux directions départementales concernées. »

« Un tel scandale serait impossible en France »

Mais comment auraient réagi les autorités si la viande polonaise n’avait pas été identifiée et détruite à temps ? « On aurait alors obligé les opérateurs à mettre en place un système d’affichettes pour demander aux consommateurs de ramener le produit. »

Pour Patrice Guérin, responsable de la filière viande bovine à la FDSEA 35, « le consommateur français doit acheter le logo Viandes de France, le seul qui garantit une traçabilité complète et des normes sanitaires ». Selon lui, un tel scandale serait impossible en France. « Une vache malade est euthanasiée d’office en arrivant à l’abattoir, même si elle boîte un peu ou qu’elle est juste sale. »

« Chaque abattoir agréé dispose d’un service d’inspection vétérinaire, qui vérifie que chaque carcasse est en conformité sanitaire, complète Gilles Fièvre. En cas de maladie constatée, la carcasse est écartée de la chaîne. »

Une démarche que la Pologne est censée suivre. Pourtant, dans ce cas précis, « l’estampille sanitaire n’a pas été mise sur un lot ». Selon la télévision polonaise, les vaches malades étaient abattues de nuit dans l’abattoir en question, échappant ainsi aux contrôles vétérinaires effectués de jour…