Landes: Un avocat veut poursuivre un supermarché qui jetait ses produits alimentaires invendus

CONSOMMATION L'avocat a fait constater que de la nourriture était jetée, et non donnée aux associations comme le veut la loi

M.B. avec AFP

— 

Illustration nourriture supermarché.
Illustration nourriture supermarché. — Richard B. Levine/NEWSCOM/SIPA
  • L'avocat a fait constater par huissier que ce supermarché Leclerc de Mimizan, avait jeté l'équivalent de 50 kg de nourriture consommable.
  • Une loi de 2016 interdit aux grandes surfaces de plus de 400 m2 de jeter de la nourriture.
  • La direction du magasin plaide le « dysfonctionnement » dans le système de navettes acheminant les invendus.

Il s’agirait de la première plainte de ce type en France. Un avocat militant de la lutte contre le gaspillage alimentaire, a fait constater lundi par huissier que de la nourriture consommable était jetée par un supermarché Leclerc des Landes, et non donnée aux associations comme le veut la loi, prélude au dépôt d’une plainte mardi. « Une première », a assuré Me Arash Derambarsh, avocat au barreau de Paris.

L’avocat, accompagné de son confrère Thierry Vallat, également de Paris, a fait constater lundi matin devant les poubelles d'un supermarché de Mimizan-Plage que « l’équivalent de 50 kg de nourriture consommable », légumes, yaourts, viande, croissants et chocolatines, était jetée et aspergée de désinfectant. Les dates de péremption étaient du 4 février, a-t-il dit.

« Scandaleux en cette période de difficulté »

« C’est scandaleux en cette période de difficultés pour des millions de Français qui n’ont pas d’argent, a-t-il déclaré, il faut que chacun joue le jeu de la fraternité. Les supermarchés essayent de contourner la loi. » L’avocat parisien, qui a affirmé vouloir porter plainte au pénal mardi à Paris, a annoncé des actions similaires dans les prochaines semaines dans les autres régions françaises. Le supermarché encourt une amende de 3.750 euros.

Dans un communiqué de son siège social à Ivry-sur-Seine, près de Paris, la direction du supermarché landais a affirmé être « bien entendu engagée dans la lutte contre le gaspillage, au même titre que tous les magasins du Mouvement E.Leclerc ». Elle explique avoir organisé les collectes, à la demande des associations, à partir de l’hypermarché de Mimizan-Bourg, plus grand et plus accessible que le supermarché de Mimizan-Plages et donné de janvier à fin novembre 2018 des produits alimentaires ou non « pour un montant de 147.824 euros ».

Un « dysfonctionnement » dans le système de navettes acheminant les invendus entre les deux magasins « a eu lieu la semaine dernière et la direction des deux magasins s’engage fermement à ce que cela ne se reproduise jamais », conclut le communiqué.

« L’info est vraie » et « incompréhensible » twitte Michel-Edouard Leclerc

Interpellé sur Twitter par le député EnMarche Matthieu Orphelin, le PDG Michel-Edouard Leclerc a reconnu que « l’info est vraie » et que c’est « incompréhensible. » Toujours sur Twitter, il a aussi tenu à prendre la défense du directeur de ce magasin : « A ma connaisance, elle [la direction] a reçu consigne de jeter car "la banque alimentaire ne passait pas lundi" ça n’excuse rien mais on peut comprendre ok ? Tirez pas sur le salarié, même directeur. »

Une loi contre le gaspillage alimentaire, votée le 3 février 2016 et dont Me Derambarsh est un initiateur, interdit aux grandes surfaces de plus de 400 m2 de jeter de la nourriture et de rendre leurs invendus impropres à la consommation.