VIDEO. «Gilets jaunes» à Toulouse: Un observateur des pratiques policières blessé lors de l'acte 12

MANIFESTATION Plusieurs milliers de personnes ont défilé dans les rues de la Ville rose samedi. Des débordements ont eu lieu en fin de cortège de l'acte 12, huit personnes ont été blessées parmi lesquelles quatre policiers et un observateur des pratiques policières

B.C.

— 

A Toulouse, lors de l'acte 12 des «gilets jaunes».
A Toulouse, lors de l'acte 12 des «gilets jaunes». — Pascal PAVANI / AFP

Plusieurs milliers de personnes avaient encore répondu présent samedi à l’appel des «gilets jaunes» à Toulouse. Pour cet acte 12, plusieurs manifestations ont eu lieu dans le centre-ville, dont une non déclarée qui a réuni le plus de monde.

 

Jusqu’en milieu d’après-midi, le cortège, un peu moins important que la semaine dernière, a défilé dans le calme, avec pour leitmotiv la dénonciation des violences policières.

Mais des incidents ont eu lieu à nouveau. Deux agences bancaires de la rue Bayard ont été dégradées, des magasins tagués, des poubelles incendiées et des heurts avec la police ont émaillé la manifestation.

Toujours 17 personnes en garde à vue

Selon un bilan de la préfecture de la Haute-Garonne, 20 personnes ont été interpellées pour des caillassages ou détention de mortier. Dimanche matin, 17 d'entre elles se trouvaient toujours en garde à vue.

Huit personnes ont aussi été blessées. Parmi elle, quatre représentants des forces de l’ordre, mais aussi un membre de l’observatoire des pratiques policières.

Ce bénévole, équipé d’un casque et reconnaissable grâce à sa chasuble jaune et bleu, a été atteint par un projectile au niveau du front. Pris en charge par une équipe de street médics, il a ensuite été évacué par les pompiers vers l’hôpital.

L'observateur des violences policières de Toulouse a été atteint au front lors de l'acte 12.
L'observateur des violences policières de Toulouse a été atteint au front lors de l'acte 12. - DR

Pour l’observatoire, composé de membres de la Ligue des droits de l’Homme, du syndicat des avocats de France et de la Fondation Copernic, les forces de l’ordre « ont fait un usage disproportionné de lacrymogènes » lors de cet acte 12.

En milieu de semaine, ses représentants avaient dénoncé les méthodes policières et demandé l’interdiction du LBD et des grenades de désencerclement.