«Gilets jaunes» acte 12: Revivez la journée de mobilisation des «gilets jaunes» en direct avec nous

LIVE Revivez avec nous les événements de cette douzième journée de mobilisation des « gilets jaunes »

C. Ape., VRB, C.P.

— 

L'acte 12 des «gilets jaunes» le 2 février 2019.
L'acte 12 des «gilets jaunes» le 2 février 2019. — LUCAS BARIOULET / AFP

L’ESSENTIEL :

  • En pleine polémique sur les LBD, les « gilets jaunes » défilent ce samedi à Paris contre les violences policières.
  • L’acte 12 du mouvement est marqué par de nouvelles mobilisations à travers la France, notamment à Valence.

A LIRE AUSSI :

 

Ce live est terminé, merci de l'avoir suivi. Retrouvez la synthèse des principaux événements de la journée par ici

21h30 Le ministre de l'Intérieur a réagi sur Twitter au bilan de cet acte 12

 

21h11 19 interpellations à Strasbourg, «des propos à caractère raciste et antisémite»  proférés

Le bilan des échaufourées en marge de l'acte 12 des «gilets jaunes» s'allourdit à Strasbourg. «Des propos à caractère raciste et antisémite» ont été proférés près de la Grande Synagogue, a indiqué dans un communiqué la préfecture du Bas-Rhin. Des propos condamnés «avec la plus grande fermeté» par le préfet Jean-Luc Marx, selon la même source. La journée, «émaillées d'incidents», a également été marquée par plusieurs échauffourées avec les forces de l'ordre qui ont procédé à 19 interpellations, selon un communiqué de la préfecture. Neuf membres des forces de l'ordre ont été légèrement blessées, selon la même source

20h15 Trois interpellations à Charleville-Mézières

A Charleville-Mézières (Ardennes), environ 400 «gilets jaunes» ont défilé dans le centre-ville, mais des «violences» ont émaillé la manifestation, selon un communiqué de la préfecture, qui a déploré des «jets de pierres, de peinture, de pétards à mèches» en direction de la police. Trois interpellations ont eu lieu, a-t-on précisé de même source.

20h Echauffourées à Strasbourg et Nancy, 16 interpellations 

A Strasbourg, aucun chiffre officiel sur la participation n'a été communiqué. Un responsable communication des «gilets jaunes» a évoqué le chiffre de 8.000 personnes à cette manifestation qui n'avait pas été déclarée. La journée a été marquée par plusieurs échauffourées avec les forces de l'ordre qui ont procédé à trois interpellations, dont deux pour violences sur des policiers, selon la préfecture.

En Lorraine, la manifestation de Nancy, également non déclarée, a réuni environ 2.000 personnes, selon un photographe de l'AFP. Douze personnes ont été interpellées pour outrage et rébellion, selon la préfecture. Un membre des forces de l'ordre a été «très légèrement blessé», selon la même source. Plusieurs face-à-face ont opposé manifestants et forces de l'ordre qui, après avoir reçu projectiles et pétards, ont répliqué avec des gaz lacrymogènes, selon un photographe de l'AFP.

A Besançon, où environ 600 personnes ont manifesté, une personne a été interpellée pour outrage, selon la préfecture. Un manifestant a été blessé à la tête, selon la même source, qui précise que l'origine de la blessure n'est pas un tir de lanceur de balle de défense (LBD).

19h17 58.600 personnes mobilisées dans toute la France, selon le ministère de l'Intérieur

Un total de 58.600 personnes se sont mobilisées ce samedi dans toute la France, selon un décompte du ministère de l'Intérieur. Samedi dernier, les autorités avaient recensé 69.000 personnes mobilisées sur l'ensemble du territoire, des chiffres régulièrement contestés par les «gilets jaunes» qui accusent le gouvernement de minorer la mobilisation.

19h06 Mobilisation en baisse à Bordeaux, mais encore des violences

Au moins 4.000 personnes, selon une estimation de l'AFP (la préfecture ne donne plus de chiffres), se sont rassemblées ce samedi sur la place de la Bourse de Bordeaux , contre 5.000 recensés la semaine dernière, ou le record de 6.000 enregistré mi-janvier par la préfecture. Le cortège a fini par converger vers la place Pey Berland.

Visés par toutes sortes de projectiles, les forces de l'ordre ont répliqué avec des LBD tandis qu'au moins deux voitures ont été incendiées, des boutiques pillées ou vandalisées et du mobilier urbain détruit, ont constaté des journalistes de l'AFP, qui ont aussi vu quelques blessés et de nombreuses interpellations. Surveillés du ciel parl'hélicoptère des forces de l'ordre, les manifestants ont tenté de se replier sur une autre place de la ville, incendiant des barricades, mais ils ont été évacués par les gaz lacrymogènes.

18h45  Entre 1.400 et 2.000 «gilets jaunes» manifestent à Lille

Environ 1.400 «gilets jaunes», selon la préfecture du Nord, et plus de 2.000, selon les organisateurs, ont manifesté ce samedi dans le centre-ville de Lille . Parti vers 14 heures de la place de la République, le cortège a parcouru de nombreuses rues du centre-ville avant de se disperser «sans heurts» aux alentours de 17h30, selon la préfecture.

18h30 Deux policiers blessés et des dégradations à Nantes

Environ 1.500 personnes ont défilé dans le centre de Nantes dans une atmosphère tendue, a constaté l'AFP. Selon la préfecture, qui n'a pas fourni de chiffre de participation, la mobilisation était en «baisse significative» samedi par rapport à la semaine dernière, mais «des individus extrêmement violents» ont commis de nombreuses dégradations.

Selon la préfecture de Loire-Atlantique, deux policiers ont été blessés par des «jets de projectiles», dont un pavé. Un manifestant a été interpellé. Un photographe indépendant a lui aussi été blessé à la lèvre, a constaté l'AFP.

La grille d'un hôtel particulier abritant la BNP a été forcée et des poubelles incendiées dans la cour, a constaté un photographe de l'AFP, les autorités faisant état de leur côté de «nombreux commerces et établissements bancaires dégradés», ainsi qu'un établissement MacDonald's.

17h50 Quelques milliers de personnes à Toulouse à 17 heures, selon la préfecture

Comme annoncé, la préfecture de Haute-Garonne ne livre pas de bilan chiffré précis des  quatre cortèges qui ont manifesté ce samedi à Toulouse (trois manifestations déclarées et une non déclarée). «Les manifestations ont rassemblé quelques milliers de personnes dans le centre-ville de Toulouse», se contente d'écrire la préfecture dans un communiqué dressant un bilan provisoire. «Quelques incidents ont eu lieu à différents endroits à Toulouse avec des tags sur des devantures de magasin, des tirs de mortiers et des jets de projectiles en direction des forces de l’ordre, précise-t-elle. A 17 heures, elle dénombrait deux blessés «en urgence relative» et quatre personnes interpellées. 

 

17h14 Quelques milliers de manifestants à Strasbourg

Quelques milliers de «gilets jaunes» défilaient ce samedi dans les rues de Strasbourg dans un climat parfois tendu entre manifestants et forces de l'ordre qui ont fait plusieurs fois usage de gaz lacrymogène, a constaté un journaliste de l'AFP. La préfecture n'a pas communiqué de chiffres. Un responsable de la communication des «gilets jaunes» a évoqué le chiffre de 8.000 personnes.

17h05 : Deux policiers blessés à Nantes

Deux policiers ont été blessés à Nantes par des jets de projectiles, a appris l’AFP de source policière et auprès d’un photographe de l’agence.

Un policier de la brigade anti-criminalité (BAC) a été évacué par les pompiers, a constaté le photographe de l’AFP. Selon les services de police de Loire-Atlantique, les deux policiers ont été blessés par des « jets de projectiles », et un manifestant a été interpellé.

Un photographe indépendant a lui aussi été blessé à la lèvre, a constaté l’AFP.

17h03 : Mobilisation en baisse aussi à Bordeaux

A Bordeaux, la mobilisation paraît légèrement en baisse avec quelque 4.000 manifestants selon une estimation de l’AFP, la préfecture refusant depuis deux semaines de donner des chiffres. La semaine dernière, l’AFP recensait environ 5.000 personnes.

16h54 : L'ambiance se tend à Toulouse

 

16h52 : Aucun chiffre ne sera donné par la préfecture de Haute-Garonne

France info rapporte que la préfecture de Haute-Garonne ne fournira pas de comptage comme elle l’a fait jusqu’à fin janvier, après des consignes du ministère de l’Intérieur.

16h24 : La mobilisation des « gilets jaunes » en baisse à Montpellier et Marseille

A Marseille, sous des banderoles faussement ensanglantées pour dénoncer les blessures infligées par la police à des manifestants depuis le début du mouvement, 2.000 « gilets jaunes » ont défilé du Vieux-Port au Vélodrome selon la police. Au même moment, 2.500 personnes marchaient contre le mal-logement sur une autre trajectoire.

A Montpellier, où 2.000 manifestants environ avaient défilé une semaine plus tôt, les « gilets jaunes » n’étaient que 400 selon la police, mais plus d’un millier selon un décompte de l’AFP, sous la pluie. Des bombes agricoles ont explosé dans le cortège, mais sans provoquer d’incident.

16h20 : Doc Gynéco « OK pour aider » Joachim Son-Forget aux européennes

Après avoir publié une vidéo avec l’ancien député LREM Joachim Son-Forget, Doc Gynéco lui a confirmé vendredi soir son soutien sur Facebook. Ça n’est pas bien clair, mais ce qu’on sait, c’est que Doc Gynéco a envie de faire bouger les choses.

On vous en dit plus par là​.

 

16h16 : Des heurts à l’arrivée de la manifestation parisienne

Des heurts opposaient manifestants et forces de l’ordre samedi après-midi place de la République, lieu d’arrivée du cortège parisien de l’acte 12 des « gilets jaunes », a constaté une journaliste de l’AFP.

Des heurts ont éclaté à la fin de la manifestation parisienne lors de l'acte 12
Des heurts ont éclaté à la fin de la manifestation parisienne lors de l'acte 12 - ZAKARIA ABDELKAFI / AFP

 

Cette marche, dédiée aux blessés du mouvement, a réuni 13.800 personnes selon un comptage indépendant réalisé pour plusieurs médias dont l’AFP, et 10.500 selon la préfecture de police.

16h15 : 17.400 personnes mobilisées dans toute la France à 14h00

Au tour des chiffres de l’Intérieur de tomber à présent. Selon le ministère, 17.400 personnes se sont mobilisées dans toute la France à 14h00.

Samedi dernier, les autorités avaient recensé 22.000 personnes mobilisées à la même heure sur l'ensemble du territoire.

15h55 : A Morlaix, deux interpellations, deux policiers blessés

Deux personnes ont été interpellées de samedi à Morlaix, rendez-vous régional des « gilets jaunes », au moment où des manifestants ont tenté de forcer un barrage policier près de la sous-préfecture, ont constaté des journalistes de l’AFP, la préfecture évoquant deux policiers blessés.

Selon la préfecture du Finistère, deux policiers ont été blessés et deux manifestants interpellés. L’un d’entre eux était blessé à la tête, a constaté l’AFP.

15h53 : 13.800 personnes ont défilé à Paris

Ces chiffres sont annoncés par le cabinet Occurence.

15h50 : Dix personnes interpellées à Paris, premiers heurts près de la place de la République

Selon nos confrères du Parisien, des jets de projectiles sont constatés dans le quartier de la République, sur le boulevard Saint-Martin, à Paris. Les forces de l’ordre tentent de disperser la foule avec des canons à eau.

 

15h48 : Selon la préfecture de la Drôme, 5.400 personnes manifestent cet après-midi à Valence

De même source, citée par france info, on indique que 18 personnes ont été arrêtées.

15h35 : La police fait usage de lacrymogènes à Caen

Ouest-France nous apprend que sur le périphérique Nord de Caen, la police a fait usage de gaz lacrymogène pour expulser quelques dizaines de manifestants qui occupaient les voies de circulation.

15h30 : Le cortège parisien est arrivé à hauteur de la place de la Bastille

Ce qui fait grosso modo 2,5 kilomètres en 3 heures. Quand on sait qu'à un rythme normal on fait ce trajet en 31 minutes. C'était la petite info marche / randonnée du jour. 

Le cortège parisien, parti de la place Félix Eboué, est arrivé à hauteur de la place de la Bastille.
Le cortège parisien, parti de la place Félix Eboué, est arrivé à hauteur de la place de la Bastille. - LUCAS BARIOULET / AFP

 

A noter qu'il reste encore 1,4 kilomètre à parcourir pour rejoindre la place de la République. 

15h25 : Et c’est parti du côté d’Avignon (il manque clairement un jingle comme pour les multiplex de Ligue 1 à ce live vous en conviendrez)

Comme l’indiquent nos confrères de La Provence, la manifestation a débuté à Avignon.

 

15h13 : François Hollande reconnaît une part de responsabilité dans la colère des « gilets jaunes »

L’ancien président a reconnu avoir « forcément » une part de responsabilité dans la colère exprimée par les « gilets jaunes », dans un entretien avec le quotidien belge Le Soir.

« Comme acteur politique qui a exercé le pouvoir, j’ai ma part de responsabilité », a ajouté l’ex-chef de l’Etat (2012-2017) dans cette interview parue ce samedi.

Il critique cependant la gestion de la crise par son successeur, estimant que « si cette protestation largement soutenue par l’opinion publique avait obtenu une réponse plus tôt, les débordements auraient pu être évités, tout comme la répétition des manifestations ».

« Rien ne justifie la violence (…). Ce mouvement a traduit une volonté de prise de parole et des revendications, dont beaucoup traduisent un besoin de reconnaissance et de dignité pour lesquelles il faut maintenant trouver un débouché », souhaite François Hollande.

15h10 : A Bordeaux, les étudiants ont rejoint les « gilets jaunes »

Etudiants et
Etudiants et - GEORGES GOBET / AFP

 

15h07 : Pas un mais deux cortèges à Toulouse

La manifestation déclarée a peu rassemblé.

La seconde manifestation non déclarée, en revanche, a attiré plusieurs centaines de personnes.

 

15h05 : Jean-Luc Mélenchon critique l’utilisation de la force publique contre les « gilets jaunes »

Jean-Luc Mélenchon a déploré ce samedi à Marseille que « la force publique (ait) été utilisée seulement pour affronter les manifestations » de « gilets jaunes », qualifiant Emmanuel Macron de « président Flash-Ball ».

« Qu’est ce que c’est que d’aller à une manif avec un œil de moins, dans quel pays voit-on ça », a-t-il lancé avant de rejoindre une manifestation contre l’habitat indigne à Marseille.

« 1.800 blessés chez les "gilets jaunes" et un millier de policiers blessés, et cet homme, M. Castaner, n’a rien à dire, pas le moindre mot de regret », s’est-il exclamé.

15h02 : On manifeste aussi à Strasbourg

Comme a pu le constater un journaliste de L'Humanité.

 

15h00 : Plus de 3.000 manifestants à Valence

Selon Le Parisien, plus de 3.000 personnes manifestent sous la pluie mais dans la bonne humeur à Valence.

14h44 : A Morlaix, des saisies de matériel on été effectuées en amont de la manifestation 

 

14h33 : Les « stylos rouges » entrent en action

Les « stylos rouges » organisent leur première mobilisation nationale avec quatre rassemblements prévus à Paris, devant le ministère de l’Education nationale, ainsi qu’à Bordeaux, Lyon et Nice. Ce collectif d’enseignants, né hors syndicats sur les réseaux sociaux, réclame notamment « de meilleurs salaires ».

 

14h15 : Quatorze personnes interpellées lors de la mobilisation à Valence (préfecture) 

 

14h01 : Des « nounous » en gilets roses manifestent contre une réforme de leurs allocations-chômage

Plusieurs centaines d'assistantes maternelles manifestent partout en France inquiètes que soit mise en place une réforme des règles d'indemnisation du chômage, qui leur permettent actuellement de percevoir un complément de revenu en cas d'activité réduite. A Bordeaux, quelques dizaines d'assistants maternels, ont formé une chaîne humaine sur une place de la ville. D'autres rassemblements sont prévus dans une trentaines de villes, notamment à Lyon, Nancy, Lille, Nantes, Nice et Montpellier.

 

13h32 : Un rassemblement prévu place de la République, à Paris 

Le cortège se dirigera vers la place de la République, son point d’arrivée, en passant par la place de la Bastille.

 

13h19 : Valence est « sous cloche », dit le maire

Le centre-ville de Valence (Drôme) est désert, indique france info. Les commerces sont barricadés et les forces de l’ordre sont présentes en nombre. La ville est « sous cloche » a indiqué le maire LR de Valence Nicolas Daragon. La manifestation n’a pas été déclarée en préfecture. Mais cette dernière s’attend à voir défiler 6.000 à 10.000 personnes ce samedi. D’importantes mesures ont été prises.

13h06 : Des personnes vêtues de noir ont été chassées par les « gilets jaunes » à Paris

Selon BFMTV, ils étaient une dizaine à être vêtus de noir. « La marche se veut pacifique », ont expliqué ses organisateurs à BFMTV.

13h01 : Un feu de poubelle allumé à Rouen

Là aussi, le cortège est parti. Selon 76 actu, il y aurait pas moins de 2.000 manifestants. 

 

13h00 : On défile du côté de Caen

Comme l’indique Ouest-France.

 

12:43 : Les «gilets jaunes» se rassemblent à Valence

Des manifestants sont attendus des quatre coins de la région Auvergne-Rhône-Alpes pour une manifestation qui doit débuter à 13 heures. 

12h30 : Le cortège parisien est parti avecnue Daumesnil direction la place de la République

12h20 : Eric Drouet, figure du mouvemeent, est présent à Paris

Eric Drouet lors de l'acte 12 des
Eric Drouet lors de l'acte 12 des - FRANCOIS GUILLOT / AFP

 

12h12 : Jérôme Rodrigues acclamé par la foule à Paris

Marseillaise, chants anti-Macron et applaudissements nourris au programme. L’ambiance est bon enfant à Paris.

 

12h10 : 30 personnes blessées lors des manifestations ouvrent le cortège parisien

En tête de cortège, à Paris, 30 personnes blessées lors des manifestations qui ont débuté le 17 novembre dernier. A noter que, parmi les manifestants un peu partout en France, d’autres personnes sont grimées en blessés avec du faux sang ou de faux bandages.

 

12h09 : La marche parisienne devrait bientôt être lancée

11h36 : Le grand débat perturbé à Reims

Comme le montrent les images de L’Union-L’Ardennais, le débat a été perturbé.

 

11h35 : L'heure de faire un petit point circulation

 

11h27 : Le dispositif policier semblable à celui déployé pour les actes 10 et 11

Selon le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, 80.000 agents vont être mobilisés à travers le pays, autant que les deux samedis précédents.

11h21: Jérôme Rodrigues, blessé à l'oeil lors de l'acte 11, est présent à Paris ce samedi

Jérôme Rodrigues lors de l'acte 12 des
Jérôme Rodrigues lors de l'acte 12 des - FRANCOIS GUILLOT / AFP

 

10h00 : Quelques « gilets jaunes » arrivent place Félix Eboué à Paris

Le départ du cortège est prévu à 12h00. En tête de cortège, plusieurs personnes blessées lors des précédentes manifestations. La manifestation partira place Félix Eboué avant de se diriger vers la place de la République. Les figures du mouvement, Priscilla Ludosky, Maxime Nicolle, Eric Drouet et Jérôme Rodrigues devraient tous être présents.

09h45 : Les chefs de groupes et de partis politiques reçus à l’Elysée

Emmanuel Macron recevra la semaine prochaine, dans le cadre du grand débat, les chefs des groupes et de partis politiques représentés à l’Assemblée nationale, au Sénat et au Parlement européen, a indiqué vendredi l’Elysée.

« Ces entretiens sont organisés dans la continuité des rencontres effectuées par le chef de l’Etat à l’échelle nationale avec les élus et les citoyens », a précisé l’Elysée, sans indiquer de date exacte pour ces rendez-vous.

Emmanuel Macron pourra ainsi consulter les partis de la majorité et de l’opposition sur des questions comme le fonctionnement de la démocratie représentative ou le recours au référendum, revendications récurrentes dans le grand débat lancé pour répondre à la crise des « gilets jaunes ».

08h55 : Un « mur de la honte » érigé à Marseille

Sur le Vieux Port de Marseille, « un mur de la honte » sera érigé en souvenir des 14 personnes mortes (11 en France, 3 en Belgique) accidentellement depuis le début du mouvement, en prélude au défilé qui partira à 13h30.

08h43 : Jusqu’à 2 ans et demi de prison ferme pour quatre « gilets jaunes » à Caen

Quatre « gilets jaunes » ont été condamnés vendredi en correctionnelle à Caen à des peines allant de neuf mois à deux ans et demi de prison ferme, notamment pour blessures volontaires sur des gendarmes.

L’homme le plus lourdement condamné, un soudeur de 31 ans, a été reconnu coupable d’une tentative d’incendie d’une station essence, de coups et blessures volontaires contre des gendarmes et de dégradations. Il a été maintenu en détention.

Les autres sont condamnés pour les mêmes faits, à l’exception de la tentative d’incendie pour laquelle seul un prévenu était poursuivi.

08h41 : Deux « gilets jaunes » arrêtés après l’incendie d’un radar automatique dans la Loire

Deux hommes se réclamant des « gilets jaunes » ont été interpellés dans la nuit de jeudi à vendredi dans la Loire en flagrant délit d’incendie d’un radar automatique, a indiqué le parquet de Saint-Etienne. Âgés de 22 ans et 28 ans, les deux mis en cause ont été interpellés à Veauche alors « alors qu’ils commençaient à mettre le feu à un radar à l’aide de pneus arrosés de combustible », a-t-il précisé.

08h39 : A Toulouse, enquête ouverte sur la fuite d’une vidéo embarrassante pour la police

A Toulouse, justement, la police a ouvert une « enquête administrative » sur la divulgation par un syndicat policier d’une vidéo, où l’on entend des policiers commenter une manifestation de « gilets jaunes » en jugeant qu’il faut « tirer », « aligner deux, trois bastos ». L’enquête a été ouverte par la Direction départementale de la sécurité publique de Haute-Garonne, qui a confirmé une « captation illégale d’images et de sons » au sein du Centre de commandement et d’information de Toulouse le 12 janvier, a indiqué vendredi la Préfecture dans un communiqué.

08h35 : Toulouse et Bordeaux, places fortes de la mobilisation

Comme chaque samedi, des rassemblements sont également prévus à Bordeaux et Toulouse, traditionnelles places fortes de la mobilisation, où les précédents actes ont été émaillés d’incidents avec les forces de l’ordre. A quoi faut-il s'attendre à Toulouse lors de cet acte 12 ? La réponse se trouve juste ici

08h33 : Après Bourges lors de l’acte 9, Valence au cœur de l’acte 12

Les « gilets jaunes » appellent cette fois à se mobiliser en masse à Valence où le président Emmanuel Macron s’était rendu la semaine dernière pour le grand débat lancé par le gouvernement dans l’espoir d’éteindre la crise. Jusqu’à 10.000 manifestants sont attendus dans cette ville de la Drôme où des mesures de sécurité exceptionnelles ont été prises. « On craint, comme on l’a vu dans d’autres manifestations dont celle de Bourges, environ 10 % de casseurs », a déclaré à l’AFP le maire LR de Valence Nicolas Daragon. La préfecture a ainsi décidé d’établir un périmètre fermé « assez large » dans le centre-ville, avec des contrôles d’identité sur les points d’accès, et a recommandé aux commerçants de baisser le rideau samedi.

08h30 : Une « grande marche des blessés » organisée à Paris

Au lendemain de la décision du Conseil d’Etat de maintenir l’usage des (LBD) dans les manifestations, une « grande marche des blessés » est prévue ce samedi dans la capitale pour réclamer l’interdiction du « LBD-40 et des grenades GLI-F4 et GMD », deux mois et demi après le début du mouvement.

08h28 : Le Conseil d’Etat maintient l’usage des lanceurs de balle de défense

Le Conseil d’Etat a rejeté vendredi les demandes de suspension de l’usage du lanceur de balles de défense (LBD) dans les prochaines manifestations de « gilets jaunes », estimant que le risque de violences rendait « nécessaire de permettre aux forces de l’ordre de recourir à ces armes ». La CGT et la Ligue des droits de l’homme (LDH) avaient tenté mercredi lors d’une audience tenue en urgence de convaincre les juges administratifs d’interdire cette arme à l’origine de nombreuses blessures graves et utilisée plus de 9.200 fois depuis le début du mouvement de contestation sociale.

08h25 : Bonjour et bienvenue à tous sur ce live pour suivre en direct avec nous l’acte 12 des « gilets jaunes »