VIDEO. Autorisation du LBD : La décision du Conseil d’Etat est « incompréhensible » et « irresponsable », estime Jérôme Rodrigues

REACTION Mercredi, la CGT et la Ligue des droits de l’homme (LDH) avaient déposé un recours pour suspendre l’utilisation de cette arme, mais le Conseil d’Etat leur a opposé vendredi une fin de non-recevoir

20 Minutes avec AFP

— 

Jérôme Rodrigues a perdu son oeil lors d'une manifestation à Paris.
Jérôme Rodrigues a perdu son oeil lors d'une manifestation à Paris. — Zakaria ABDELKAFI / AFP

Pour Jérôme Rodrigues, l’une des figures du mouvement des « gilets jaunes », blessé à l’œil samedi dernier, la décision du Conseil d’Etat de maintenir l’usage du lanceur de balle de défense (LBD), dans les manifestations, est « incompréhensible » et « irresponsable ».

« Cette décision me surprend. Je suis quand même le vingtième œil qui tombe dans ce mouvement. C’est aberrant, incompréhensible », a-t-il commenté. « Je suis triste, en colère et dans l’incompréhension. Des gens sont mutilés, on devient des gueules cassées alors qu’on demande un bout de pain. On vient juste revendiquer, dans la patrie des droits de l’Homme, et on reçoit des « bastos » ? Il y aura d’autres blessés, d’autres vies brisées, c’est irresponsable », a-t-il estimé.

« Je ne reconnais pas ma France, la France de mes cours d’histoire et d’instruction civique »

Mercredi, en pleine polémique sur les « violences policières », la CGT et la Ligue des droits de l’homme (LDH) avaient déposé un recours pour suspendre l’utilisation des lanceurs de balle de défense, accusés d’avoir gravement blessé des manifestants, mais le Conseil d’Etat leur a opposé vendredi une fin de non-recevoir.

« Ça m’inquiète que les êtres humains qui prennent cette décision ne comprennent pas le danger de ces armes et la détresse des blessés. Moi j’ai 40 ans, je m’en remettrai, mais quand on a 20 ans et qu’on perd un œil, la vie est foutue. Je ne reconnais pas ma France, la France de mes cours d’histoire et d’instruction civique », a-t-il poursuivi.

« Je ne retrouverai jamais une vue optimale »

Il a également déploré le fait que la France soit un des rares pays européens à utiliser ces armes. « Dans les autres pays, ils maintiennent l’ordre avec des canons à eau, des bâtons et des boucliers », a-t-il rappelé. Touché à l’œil droit lors de l’acte 11 des « gilets jaunes », Jérôme Rodrigues affirme avoir été notamment atteint par un tir de LBD.

L’Inspection générale de la police nationale (IGPN), la « police des polices », a été saisie et les autorités ont jusqu’à présent émis des réserves sur le scénario avancé par Jérôme Rodrigues. Revenant sur l’état de sa blessure, il s’est dit « dans l’attente pour savoir si (il) perdr (a) la vue ou pas ». « L’œdème continue de se résorber. On m’a confirmé que j’ai perdu l’iris, donc c’est sûr que je ne retrouverai jamais une vue optimale, dans le meilleur des cas », a-t-il indiqué.