Béziers : «Mauvaise nouvelle pour les racailles», la nouvelle campagne de Robert Ménard

VIDEOSURVEILLANCE Coutumier des polémiques, le maire de Béziers a encore frappé ce jeudi. « Une énième provocation », selon Aimé Couquet, élu PCF

N.B.

— 

La nouvelle campagne de la commune de Béziers pour l'installation de nouvelles caméras.
La nouvelle campagne de la commune de Béziers pour l'installation de nouvelles caméras. — Ville de Béziers

Chaque mois, le journal municipal de Béziers​ réserve son lot de surprises.

Après l’appel aux Biterrois à prendre en photo les déjections canines dans les rues pour les envoyer au sous-préfet de l’Hérault, la commune a dévoilé en une du numéro de février sa nouvelle campagne pour la mise en place de nouvelles caméras de vidéosurveillance.

Un pull à capuche

« 2019 : Mauvaise nouvelle pour les racailles. Nous allons doubler les caméras de vidéosurveillance », indique la ville de Robert Ménard, en présentant un individu le visage masqué, arborant un pull à capuche. « Je le dis à toutes les racailles qui veulent pourrir la vie des Biterrois. Les temps ont changé et 2019 ne sera pas une bonne année pour vous », a lâché l’élu d’extrême droite, coutumier des polémiques, sur le compte Twitter de la commune.

Joint par 20 Minutes, Aimé Couquet, conseiller municipal PCF de Béziers, évoque « une énième provocation pour tenter de faire du buzz ». « C’est malheureux, mais on finit par être blasé par ces méthodes. Il brosse une frange de la population dans le sens du poil », note l’élu.

La municipalité promet dans un communiqué de doubler le nombre de caméras « dans les deux ans, passant de 90 début 2019 à 200 fin 2020 », notamment aux « entrées de ville, aux abords des crèches et des établissements scolaires ».