Haute-Garonne: Routes, trottoirs… A L’Union, des citoyens vont gérer une partie du budget de la ville

DEMOCRATIE PARTICIPATIVE Pour faire vivre le concept de démocratie participative, la mairie de L’Union, en Haute-Garonne, a créé une commission où quinze citoyens vont pouvoir gérer 10 % du budget voirie…

Beatrice Colin

— 

A L'Union, quinze citoyens pourront décidé de l'affectation d'une partie du budget voirie de la commune.
A L'Union, quinze citoyens pourront décidé de l'affectation d'une partie du budget voirie de la commune. — GILE MICHEL/ SIPA

Plus de démocratie participative. C’est ce que réclament les citoyens mobilisés depuis plusieurs semaines dans le cadre du mouvement des « gilets jaunes ». Pour mettre en pratique un concept qui est souvent resté à l’état embryonnaire dans les instances locales, la mairie de L’Union a décidé de passer à la vitesse supérieure.

Mardi soir, la première réunion de la toute nouvelle commission participative voirie de la commune de l’est toulousain s’est réunie. Aux côtés des élus et techniciens habitués à traiter toutes les questions concernant l’état des routes, quinze citoyens ont siégé pour la première fois.

10 % du budget voirie

Ils ont été tirés au sort parmi plusieurs volontaires prêts à s’investir et prendre des décisions que ce soit sur l’aménagement de passages piétons, d’accès ou encore de trottoirs.

« Chaque année, nous avons un budget alloué à la voire par Toulouse Métropole de 800.000 euros. Nous allons mettre à disposition de la commission 10 % de cette enveloppe, ce sont les citoyens qui trancheront sur les aménagements à financer pour amélioration notamment la circulation », explique Marc Péré, le maire de la commune de L’Union.

Cette expérimentation doit permettre aux habitants de s’investir « pour l’intérêt collectif » espère le maire. A terme, l’élu, qui s’est inspiré de l'expérience brésilienne de Porto Alegre, veut « aller plus loin dans le budget alloué et les compétences ».