Tempête Gabriel: Neige, verglas… «On fait avec et on joue la solidarité avec ses voisins»

VOUS TEMOIGNEZ Alors que 43 départements ont été placés jusqu’à mercredi matin en vigilance orange pour neige et verglas ou vent violent, les internautes de « 20 Minutes » expliquent comment ils se sont préparés aux intempéries…

Claire Planchard

— 

Illustration d'un panneau «zone de verglas».
Illustration d'un panneau «zone de verglas». — Mourad ALLILI/SIPA
  • Alors que Météo France a placé 43 départements en alerte orange neige, verglas et vents violents jusqu’à mercredi matin, 20 Minutes a demandé aux internautes de raconter leurs méthodes pour affronter les intempéries.
  • Pneus neige, télétravail, solidarité avec la famille et les voisins, de nombreux lecteurs ont répondu à notre appel et nous livrent leurs conseils.

« Deux flocons de neige et la France est paralysée, c’est de pire en pire » « Et ils font comment au Canada ? » Demander aux internautes comment ils se préparent aux intempéries annoncées dans le sillage de la tempête Gabriel, c’est s’exposer aux sarcasmes… mais pas seulement ! Alors que Météo France a placé 43 départements en vigilance orange jusqu’à mercredi matin, de nombreux lecteurs de 20 Minutes ont pris le temps de répondre à notre appel pour dévoiler avec bonne humeur leur plan de bataille.

Les premiers à livrer leurs conseils sont bien sûr les montagnards : Gillou38, qui n’a « jamais compris comment les habitants des villes peuvent être bloqués avec 0,5 cm de neige », nous livre son plan de bataille imparable : « Toute la maisonnée est équipée en pneus neige, chaînes, chaussettes avec paire de gants dans le coffre, ainsi qu’une pelle. Congélateur plein, conserves faites l’été. Ah oui j’oubliais, distance plus importante avec celui de devant. A la maison, volets fermés le plus possible, bougies et réchaud à gaz à portée de main en cas de coupures électriques ».

« Il suffit d’un peu d’organisation et ça roule ! »

« Dans le Cantal, on a de la neige depuis 10 jours. Mais on s’arrange entre nous, ce n’est pas la neige qui pose des problèmes (on fait les courses pour les personnes âgées autour de nous) mais le verglas sur les trottoirs et les chutes. On a la chance de n’être pas trop loin mais les petits bouts sont vite fatigués à pied donc pas d’école l’après-midi. On s’arrange entre nous. Pour le travail, je fais à pied (AVS) et là je reconnais qu’à 21 heures, c’est extinction des feux. L’avantage, pas de cellulite pour cet été et le sourire des enfants avec la neige ! », raconte également une lectrice sur la page Facebook de 20 Minutes.

Pour les trajets en voiture, à la ville comme à la campagne, tout le monde ne jure que par les pneus neige : « On vit en Creuse. Pour le travail, qui est à 30 kilomètres, on a dû équiper nos véhicules de pneus neige. De toute façon, ici c’est logique de s’équiper. Car même s’il y a de moins en moins de neige au fil des années (et selon les années), il vaut mieux prévoir d’autant plus qu’il faut emprunter des axes secondaires non dégagés/salés », nous confient Sébastien et Pauline. « Nous aussi dans les Hautes Alpes nous sommes équipés et ni l’école ni les transports scolaires ne sont supprimés nous avons appris à vivre avec il suffit d’un peu d’organisation et ça roule ! » ajoute Chantal.

« Le télétravail devrait être plus souvent mis en place »

Pour se rendre au travail, d’autres préfèrent éviter tout simplement de prendre leur voiture : « J’ai la chance de pouvoir télétravailler, si ce n’est pas possible d’y aller ce mercredi, le PC/téléphone sont à la maison. Le télétravail devrait être plus souvent mis en place. Bon courage à ceux qui prendront la route », nous écrit une lectrice. « J’irai au boulot à pied. Ça me prendra 3 fois plus de temps mais pas question de perdre 1 jour de salaire », confie un autre un lecteur. « Télétravail et j’ai des pneus quatre saisons pour sortir. Dommage que ça n’existe pas pour les chevaux j’en aurais mis aux sabots du cheval de ma fille qui doit monter mercredi… Neige ou pas, le cheval doit sortir ! », plaisante une internaute sur Facebook.

Pour beaucoup de parents, la garde des enfants est un également souci quand la crèche est fermée ou que le ramassage scolaire n’est pas assuré. Le conseil de Jocelyne ; « Pour la garde les mamies s’il y en a tout près ou prendre journée enfant malade ». « Quand il n’y a pas de ramassage scolaire, ça ne sert à rien d’emmener les enfants au collège car les professeurs ne sont pas là, alors on en profite pour faire des révisions et du cocooning ! », raconte Nicolette. « La semaine dernière le ramassage scolaire a été annulé (la mairie nous a appelés le matin même), il a fallu se débrouiller avec le travail pour s’y rendre plus tard et trouver un autre moyen de garde », racontent Pauline et Sébastien, qui doivent aussi s’organiser… pour leurs animaux : « On a un poulailler, et on a prévu de pailler plus pour tenir les poules au chaud » expliquent-ils.

« On joue la solidarité avec ces voisins »

Dans ces périodes d’intempéries, pour beaucoup de lecteurs, l’entraide reste primordiale pour se faciliter la vie. « On ne s’organise pas, on fait avec et on joue la solidarité avec ses voisins. C’est l’avantage d’habiter dans une petite ville. La solidarité entre les jeunes et les anciens », explique Maria Rosa. « Surtout les personnes âgées on reste chez soi tranquille ! On ne sort pas pour une baguette ou le journal ! Merci de votre compréhension ! » conseille également Nathalie sur Facebook

Pour Marie, qui vit à Paris, pas de souci de transport mais une grande préoccupation pour les plus démunis qui subissent de plein fouet les intempéries : « Dès ce matin, j’ai apporté quelques paires de chaussettes de laine et gants chauds aux P’tits déj’s solidaires (qui offrent un petit-déjeuner quotidien aux migrants et sans abris dans le jardin d’Éole dans le 18e). Bien m’en a pris : la première personne que j’ai vue faisant la queue pour sa boisson chaude était pieds nus dans des sandales ! Mon conseil : acheter des bonnets, chaussettes, écharpes, gants (on en trouve des pas chers dans les bazars) en avoir dans son sac et en proposer à ceux qui risquent de mourir de froid ! ».