Marseille: « Des bras, pas des primes ! » Des parents infiltrent une école pour demander des embauches

EDUCATION Quinze mères de famille ont surveillé leurs enfants elles-mêmes, ce lundi, dans la cour d’une école primaire des quartiers Nord de Marseille. La mairie n’apprécie pas cette intrusion, ni la présence sur place d’un journaliste…

Jean Saint-Marc et Mathilde Ceilles

— 

Des enfants livrés à eux-mêmes dans la cour d'une école, à Marseille.
Des enfants livrés à eux-mêmes dans la cour d'une école, à Marseille. — J. Saint-Marc / 20 Minutes
  • Avec le soutien de la CGT, des mères de famille ont organisé une opération coup-de-poing dans une école des quartiers Nord de Marseille.
  • Elles dénoncent des manques d’effectifs lors du service des repas.
  • Le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin a annoncé une prime de 400 euros pour les « tatas », le surnom des agents des écoles.

C’est ce qu’on appelle pousser une gueulante. La porte se referme au nez de Nadia Bendjedid, mais la mère de famille crie une dernière fois : « C’est ça, le dialogue avec la mairie, à Marseille ? » Nadia, manteau en fausse fourrure noire, hijab assorti, a deux petites filles. Elles ont cinq et six ans et rentrent chaque soir de l’école avec la faim au ventre : « Elles vont manger quoi, trois pauvres beignets au calamar ? Vous avez vu le menu ? »

On a vu, effectivement. Et certains employés de la municipalité de Marseille n’ont pas apprécié notre visite. Le dialogue que réclamait Nadia, c’est avec une dame aux cheveux gris, venue en renfort, ce lundi, pour pallier de nombreuses absences. « Vous êtes là parce qu’il y a un journaliste » accusent, en chœur, les quinze mères de famille, en pleine « opération commando », ce lundi.

Une seule « tata » dans la cour

« La semaine dernière, j’étais à la plonge », rétorque la fonctionnaire. Obligation de neutralité : elle ne répondra pas à nos questions sur les effectifs réels au sein de ce groupe scolaire qui regroupe une école élémentaire (Saint-Louis-Rove) et une maternelle (Saint-Louis-Gare).

Des mères d'élèves tentent de rentrer en force dans une cantine scolaire, à Marseille.
Des mères d'élèves tentent de rentrer en force dans une cantine scolaire, à Marseille. - J. Saint-Marc / 20 Minutes

Ce lundi, il n’y avait qu’une seule « tata » dans la cour, pendant la pause méridienne. On a donc vu quelques chutes, un début de bagarre séparé par un instituteur et une Atsem remplaçante qui galérait en faisant l’appel : « Tu es qui, toi, déjà ? » Le service communication de la mairie de Marseille ne nous a pas posé la même question. Mais il n’a pas répondu aux nôtres : « Ce n’est pas une sanction, mais comme vous êtes entrés dans un bâtiment sans autorisation, on ne peut pas vous répondre. »

Guerre des chiffres

Sanction Canada Dry ? Disons plutôt manque de coordination. Car Danièle Casanova, adjointe aux écoles (LR), décrochera son téléphone, un peu plus tard. « Nos agents ne chôment pas, je vous le garantis », dit-elle. « On veut des embauches », crie-t-on à la CGT, qui appelle à la grève « des tatas » depuis le 10 décembre dernier.

Isabelle*, une des chevilles ouvrières de l’action du jour, développe. La fonctionnaire répond à l’élue et aux parents, persuadés que leur école, dans les quartiers Nord de Marseille, est particulièrement mal lotie :

C’est pareil dans toutes les écoles. Une note de service impose un quota, en maternelle, d’un agent pour 25 élèves. C’est un pour 50 en élémentaire. Ces chiffres ne sont respectés nulle part ! Jean-Claude Gaudin a annoncé une prime de 400 euros… On ne veut pas de prime, on veut des bras ! »

La grève est très peu suivie, selon Danièle Casanova : vendredi dernier, par exemple, il n’y avait que 57 grévistes pour 3.400 agents territoriaux des écoles. « Et jeudi, les 50.000 élèves qui mangent à la cantine ont déjeuné d’un pique-nique, car 400 agents passaient un concours », poursuit-elle. Des chiffres jugés approximatifs par la CGT. Et par les parents d’élèves. A la guerre des chiffres, ils opposent la guerre des écoles.

« Une petite vient de tomber, bousculée par un grand… Si je n’avais pas été là pour la relever, ça aurait pu être grave », s’enflamme Clémentine*, mère de trois petits. La gamine n’avait rien. Clémentine, elle, est en colère : « J’ai confiance en l’école… Mais j’ai peur pour la sécurité de mes enfants ! » Elle envisage de mettre fin à sa formation d’aide-soignante et de récupérer ses enfants entre midi et deux. Kaïna, une autre maman, l’interrompt : « Si on fait ça, on leur donne raison ! »

* Son prénom a été modifié.