Bouches-du-Rhône: Les salariés d’ArcelorMittal exposés à des taux de benzène 3.000% supérieurs aux normes

ARCELORMITTAL L’usine d’ArcelorMittal à Fos-sur-Mer expose ses salariés à des taux de benzène, un hydrocarbure hautement cancérigène, 3.000 % supérieurs aux normes…

A.M.

— 

Un salarié devant l'usine Arcelor Mittal de Fos-sur-Mer.
Un salarié devant l'usine Arcelor Mittal de Fos-sur-Mer. — Boris Horvat / AFP
  • Dans un courrier, que Marsactu a publié, une inspectrice du travail épingle l’usine ArcelorMittal pour avoir exposé ses salariés à des hydrocarbures hautement cancérigènes.
  • L’usine connaît la situation depuis plusieurs années, mais vient seulement de réaliser un plan d’action en 60 points.
  • Si certains points ne sont pas tenus, l’arrêt des machines sera prononcé par les autorités.

« Une situation dangereuse ». C’est ce que décrit une inspectrice du travail après une visite inopinée, le 8 octobre dernier, dans l’usine d’ArcelorMittal à Fos-sur-Mer, dans les Bouches-du-Rhône. Dans son courrier, que le site d’investigation Marsactu a publié, l’inspectrice raconte avoir été bloquée à l’entrée de l' usine​, avant de finalement pourvoir se rendre dans la cokerie, l’unité de production des combustibles indispensables au bon fonctionnement de l’usine, où 250 personnes travaillent.

Elle y a constaté « la persistance de fuites au niveau des portes de fours », « entraînant les émanations d’agents cancérogènes, mutagènes, ou toxiques pour la reproduction ». Pire, aucune mesure de protection du personnel n’a été prise par l’entreprise, comme la loi l’y oblige. L’inspectrice met donc en demeure la société de mettre en place un plan d’action sous deux semaines afin de se mettre en conformité avec la réglementation. Sous peine de fermeture de la cokerie.

Plan d’action en 60 points

Comme le rappelle Marsactu, l’entreprise était au courant de l’exposition de son personnel puisque dès juin 2018, un rapport faisait état de la présence de benzène, un hydrocarbure hautement cancérigène, à des taux 3206,7 % supérieurs à la norme dans l’une des enfourneuses de la cokerie. Selon un syndicaliste, cette pollution est largement connue, elle proviendrait des fuites des portes des fours.

Au pied du mur, ArcelorMittal a donc transmis un plan d’action en 60 points aux autorités. Il prévoit notamment la rénovation des fours, et l’amélioration de l’étanchéité des cabines des enfourneuses. La mise en demeure s’étale jusqu’en 2020, mais les enfourneuses doivent être, elles, rendues étanches d’ici le mois d’avril, sous peine d’arrêt pur et simple des machines.