VIDEO. «Gilets jaunes» au Mans: «Est-ce qu'on peut s'écouter?» Stéphane le Foll chahuté par les manifestants au cours d’un échange tendu

MANIFESTATION Le maire du Mans et ancien ministre de l'Agriculture a pris le mégaphone pour s'adresser aux protestataires, mais a finalement dû renoncer...

M.C.
— 
Stéphane Le Foll.
Stéphane Le Foll. — Bertrand Guay

De nombreuses échauffourées ont éclaté dans l’Ouest à l’occasion de l’acte 11 des « gilets jaunes ». Plusieurs milliers de personnes y ont manifesté samedi et des affrontements ont eu lieu entre forces de l’ordre et protestataires dans plusieurs villes, dont Nantes et Évreux.

Au Mans, environ 300 « gilets jaunes » ont protesté dans les rues de la ville et une centaine d’entre eux se sont introduit à l’intérieur du palais des Congrès - après avoir cassé des portes - alors que le maire Stéphane Le Foll devait prononcer ses vœux.


Pour essayer de calmer les esprits, l’ancien ministre est sorti de la grande salle où devait avoir lieu la cérémonie et s’est rendu dans le hall où il s’est retrouvé face à une centaine de « gilets jaunes ». Stéphane Le Foll a alors pris un mégaphone et a tenté de prendre la parole, régulièrement interrompu par les manifestants et leur lançant des « est-ce qu’on peut s’écouter ? ».

Mais vu l’ambiance délétère, il s’est retrouvé pratiquement plaqué contre une porte et est finalement retourné dans la grande salle. La cérémonie a été annulée et la salle évacuée. Sur Twitter, le maire s’est dit « déçu pour toutes les Mancelles et les Manceaux qui n’ont pas pu assister aux vœux de la municipalité car des gilets jaunes et des casseurs ont empêché l’événement ».