VIDEO. «Gilets jaunes»: L'une des figures de proue du mouvement blessée à l'oeil, l'IGPN saisie

MOBILISATION Dans un tweet, la préfecture de police a confirmé qu’un « blessé » avait été « pris en charge place de la Bastille »...

20 Minutes avec AFP

— 

Jérôme Rodrigues a été blessé alors qu'il se trouvait face à des forces de l'ordre, et au moment même où il était en train de filmer en direct sur son compte Facebook l'arrivée du cortège des manifestants.
Jérôme Rodrigues a été blessé alors qu'il se trouvait face à des forces de l'ordre, et au moment même où il était en train de filmer en direct sur son compte Facebook l'arrivée du cortège des manifestants. — Zakaria ABDELKAFI / AFP

La préfecture de police a annoncé avoir saisi l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) après que Jérôme Rodrigues, l’une des figures médiatiques du mouvement des « gilets jaunes », a été blessé à l’œil samedi, place de la Bastille à Paris. Il a été blessé alors qu’il se trouvait face à des forces de l’ordre, et au moment même où il était en train de filmer en direct sur son compte Facebook l’arrivée du cortège des manifestants « gilets jaunes » sur la place.

 

Dans un tweet, la préfecture de police a confirmé qu’un « blessé » avait été « pris en charge place de la Bastille », sans préciser qu’il s’agissait de Jérôme Rodrigues. « Le préfet de Police, en accord avec le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, et le secrétaire d’Etat Laurent Nunez, saisit l’IGPN, afin que soient établies les circonstances dans lesquelles cette blessure est intervenue », ajoute le tweet.

« Ils lui ont éclaté l’œil »

Munition d’un lanceur de balle de défense (LBD), éclat de grenade ou autre projectile, l’origine de sa blessure était inconnue à ce stade. Jérôme Rodrigues a posté la photo de son visage meurtri sur sa page Facebook, avec ce commentaire : « Je vais perdre mon œil la famille Ma famille. » Peu auparavant, il était en train de filmer la manifestation en live sur Facebook, quand il s’écroule. Sur ses images, on voit d’autres manifestants au-dessus de lui, le prendre en charge, en appeler aux street medics. On entend l’un d’eux s’écrier à plusieurs reprises : « Ils lui ont éclaté l’œil. »

Les forces de l’ordre avaient procédé à 52 interpellations à Paris, selon des chiffres de la préfecture vers 18h20. Pour cet acte 11, le ministère de l’Intérieur comptabilisait, à 14h, 2.500 manifestants dans les différents cortèges parisiens, contre 7.000 la semaine dernière à la même heure.