Acte 11 des «gilets jaunes»: La «Nuit jaune» rapidement écourtée par les forces de l'ordre... Castaner condamne les violences...

MOBILISATION Revivez avec nous l'acte 11 de la mobilisation des « gilets jaunes » organisé ce samedi...

C. Ape, H.B.
— 
Les "gilets jaunes" se groupent sur la place de la République à Paris pour une "nuit jaune", le 26 janvier 2019.
Les "gilets jaunes" se groupent sur la place de la République à Paris pour une "nuit jaune", le 26 janvier 2019. — Zakaria ABDELKAFI / AFP

L’ESSENTIEL

  • Pour ce 11e samedi de contestation, plusieurs mobilisations étaient prévues dans la capitale, dont une marche déclarée à la préfecture reliant les Champs-Élysées et la Bastille en passant par l’Assemblée nationale et Bercy, et une autre entre les places de la Nation et de la Bastille avec « une petite surprise à Benjamin Griveaux ».
  • Ce nouvel acte a également été marqué par un embryon de première « nuit jaune », qui a fait de la place de la République un « rond-point géant », mais qui a été rapidement dispersée.
  • Le collectif « La France en colère » de Priscillia Ludosky, qui a rompu avec Eric Drouet, organisait également une « marche solidaire aux gilets jaunes des Territoires éloignés » ce samedi après-midi, entre le ministère des Outre-mer et le siège parisien de Facebook.

 

  • A LIRE AUSSI

 

22h : Ce live est désormais terminé. Je vous souhaite une bonne soirée.
21h45 : Il reste moins de 200 personnes place de la République à Paris

Les forces de l’ordre sont toujours en nombre pour encadrer et encercler les « gilets jaunes » encore présents

21h : Des des milliers de manifestants et des accrochages à Bordeaux, tentative de rassemblement nocturne

En soirée vers 20 heures, alors qu'une «Nocturne chez Juppé» avait été convoquée sur les réseaux sociaux, environ 200 personnes se sont rassemblées sur une grande place du centre-ville, autour d'une poubelle enflammée.

Après avoir joué au chat et à la souris dans quelques rues attenantes avec les forces de l'ordre, rapidement déployées en masse, les manifestants, réduits à quelques dizaines, étaient en cours de dispersion peu avant 21 heures.

20h17 : Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, condamne des « violences » commises par « des casseurs camouflés en "gilets jaunes" »

 

20h06 : La place de la République à Paris évacuée

Plusieurs centaines de manifestants se sont réunis samedi soir pour une première "nuit jaune" place de la République à Paris, qui a été assez rapidement évacuée en partie par les forces de l'ordre. 

De nombreux manifestants se sont plaints d'avoir été évacués de la place alors que le rassemblement, déclaré en préfecture, était autorisé selon eux jusqu'à 22 heures. 

19h50 : Plusieurs milliers de manifestants à Toulouse, des incidents et plusieurs interpellations

Plusieurs milliers de « gilets jaunes » ont de nouveau manifesté samedi à Toulouse, un des bastions de la contestation, avant des échauffourées et des dégradations en fin de défilé. Pour la première fois depuis le début du mouvement à Toulouse, la préfecture n’a pas donné une estimation précise du nombre de manifestants, évoquant le chiffre de « plusieurs milliers » pour samedi. « Des incidents ont eu lieu à différents endroits à Toulouse avec des dégradations de vitrines d’agences bancaires, de mobilier urbain et de chantiers, des feux de poubelles, des barricades et des tags. On dénombre actuellement un blessé en urgence relative. 28 personnes ont été, pour l’instant, interpellées en centre-ville », selon le bilan de la préfecture à 18h.


 

19h30 : Premières tensions sur la place de la République à Paris

Des heurts ont éclaté entre manifestants et force de l'ordre en marge de la «Nuit jaune», organisée place de la République Les forces de l'ordre ont dû utiliser des gaz lacrymogènes.


 

19h22 : 69.000 manifestants dans toute la France, dont 4.000 à Paris

Près de 69.000 ont manifesté ce samedi en France pour l’acte 11 des «gilets jaunes», dont 4.000 à Paris, selon le ministère de l’Intérieur. Ils étaient 84.000 la semaine dernière pour le 10e samedi de mobilisation.

19h20 : Des milliers de manifestants et des accrochages à Bordeaux

Plusieurs milliers de « gilets jaunes », près de 5.000 selon l’AFP, ont manifesté samedi après-midi à Bordeaux pour l’acte 11 du mouvement, une mobilisation toujours soutenue marquée à la tombée de la nuit par des accrochages. D’un côté jets de bouteilles et pétards de quelques dizaines de manifestants souvent cagoulés et masqués et de « gilets jaunes », de l’autre des charges, lacrymogènes et canon à eau des forces de l’ordre, ont marqué la tombée de la nuit dans le centre-ville. Les accrochages étaient sporadiques. La place Pey-Berland, près de l’Hôtel de Ville, théâtre habituel de heurts plus ou moins intenses, a été dégagée par les forces de l’ordre en toute fin d’après-midi.

19h10 : Un automobiliste a failli percuter des manifestants à Lyon

La manifestation a failli dégénérer à Lyon cet après-midi au niveau du pont de la Guillotière. Pour une raison inconnue, des « gilets jaunes » ont tenté de rattraper une voiture grise coincée dans la circulation, rapporte Lyon Mag. En tentant de s’échapper, l’automobiliste a manœuvré brusquement, manquant de peu de renverser des « gilets jaunes ». L’automobiliste a ensuite pris la fuite à contre-sens. Heureusement, personne n’a semble-t-il été blessé.


 

19h : À Châtellerault, des «gilets jaunes» se font frôler par des trains le long de la voie ferrée

A Châtellerault (Vienne), des « gilets jaunes » qui marchaient le long des voies de chemin de fer se sont fait frôler par des trains qui arrivaient à toute vitesse. France Bleu a pu filmer la scène.


 

18h50 : 52 personnes interpellées à Paris

Selon un décompte fait à 18h par la préfecture de police, 52 personnes ont été interpellées à Paris ce samedi, en marge de la manifestation des « gilets jaunes ».

18h40 : Des milliers de manifestants dans l’ouest, des échauffourées à Nantes, Évreux et Quimper

Plusieurs milliers de « gilets jaunes » ont manifesté samedi dans plusieurs villes de l’ouest et des échauffourées ont éclaté entre forces de l’ordre et protestataires samedi à Nantes, Évreux et Quimper, a-t-on appris de sources concordantes. A Nantes, « il y a eu de nombreux jets de projectile et même un cocktail Molotov », a indiqué la préfecture de Loire-Atlantique. « Les forces de l’ordre ont riposté avec des gaz lacrymogènes », a ajouté cette source. En fin d’après-midi, il y avait eu neuf interpellations. Selon un photographe présent sur place, les manifestants étaient environ 2.000. A Évreux, des incidents ont éclaté en marge d’un rassemblement qui a réuni plus de 800 personnes, selon la préfecture. Des dégradations ont été commises devant le siège de la Banque de France et les locaux de la police municipale ont été dégradés, selon les autorités, qui ont également déploré l’incendie de « deux véhicules » aux abords de la mairie. A Quimper, ville du Finistère choisi pour accueillir le rassemblement régional des « gilets jaunes », 1.200 personnes ont défilé et ont scandé des slogans hostiles au président de la République.

18h30 : L’IGPN saisie après la blessure à l’œil de Jérôme Rodrigues, proche d’Eric Drouet

L’IGPN a été saisie après la blessure à l’œil de Jérôme Rodrigues ce samedi après-midi à Paris. « Le préfet de Police, en accord avec le Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et le secrétaire d’Etat Laurent Nunez, saisit l’IGPN, afin que soient établies les circonstances dans lesquelles cette blessure est intervenue », a annoncé la Préfecture de police de Paris dans un tweet.


 

18h25 : Jérôme Rodrigues publie une photo de sa blessure à l’œil sur Facebook

Jérôme Rodrigues, l’un des leaders des « gilets jaunes » et proche d’Eric Drouet, a publié sur son compte Facebook une photo de sa blessure à l’œil. « Je vais perdre mon œil la famille », écrit-il.

 

18h20 : Des incidents à Dijon où la mobilisation est restée forte avec près de 2.500 «gilets jaunes»

La mobilisation restait forte samedi à Dijon où 2.500 « gilets jaunes » ont défilé avant que des heurts n’éclatent en fin d’après-midi, a-t-on appris auprès de la préfecture. Selon celle-ci, des manifestants ont tiré des « mortiers » et feux d’artifice en direction des forces de l’ordre, qui ont répliqué par des gaz lacrymogènes aux abords des Halles, dans l’hyper-centre de la ville, non loin de la préfecture.

18h15 : Près de 1.500 personnes ont défilé à Lille

Environ 1.500 personnes, selon la préfecture, ont manifesté dans le centre-ville de Lille samedi, pour l’acte 11 des « gilets jaunes ». Elles ont rejoint en fin de parcours un autre cortège d’un millier de personnes, celui pour le climat. La manifestation des « gilets jaunes » - où étaient présents en fin de cortège des enseignants « stylos rouges », le collectif des sans-papiers du Nord et la CGT - et celle organisée par le collectif « ensemble pour le climat » ont emprunté dans le calme des rues différentes, avant de faire les dernières centaines de mètres ensemble.

18h10 : Situation tendue à Montpellier

La situation s’est tendue à Montpellier, vers 17 heures, devant la préfecture. Les forces de l’ordre ont tenté de repousser les manifestants avec des jets d’eau. Un policier a été légèrement blessé par un « jet d’engin pyrotechnique », et une personne a été interpellée.

 

18h : La place de la République commence à se remplir pour la «Nuit jaune»

La place de la République à Paris, où doit se dérouler «la Nuit jaune», commence à se remplir. Certains, munis de couettes et d’oreillers, ont pour objectif d'y passer la nuit...


 

17h50 : Une partie des manifestants se dirige vers la place de la République

Une partie du cortège, qui se trouve place de la Bastille à Paris, se dirige désormais vers la place de la République où doit se tenir «la Nuit jaune», organisée par Eric Drouet, l'une des figures du mouvement. 

17h40 : 42 personnes interpellées à Paris

La préfecture de Paris indique qu'à 17 heures, 42 personnes ont été interpellées en marge des manifestations des «gilets jaunes» à Paris.

17h30 : La CGT défile avec «les gilets jaunes» à Marseille

La CGT a rejoint pour la première fois les «gilets jaunes» dans la rue à Marseille samedi, où quelque 4.000 personnes manifestaient, selon la police. Le cortège, «gilets jaunes» en tête, syndicats derrière, principalement la CGT mais également Solidaires, s'est élancé à 14h dans le calme depuis le Vieux-Port. Les manifestants ont défilé dans différentes artères du centre-ville, et quelques incidents ont éclaté vers 15h devant le centre commercial Centre-Bourse. «Une personne a été interpellée après un jet de projectile sur les forces de l'ordre», a précisé la préfecture de police. Quelques personnes ont été prises en charge par des «street medic», le service médical autogéré des manifestants.

17h15 : Un proche d'Éric Drouet blessé à l'oeil

Un homme a été blessé à l'oeil lors des affrontements, place de la Bastille à Paris. Evacué par des infirmiers «gilets jaunes», il a ensuite été pris en charge par les pompiers. Selon le journaliste Vincent Glad, il s'agirait de Jérôme Rodrigues, un proche d'Eric Drouet, figure du mouvement des «gilets jaunes».



 

17h10 : Bruno Le Maire condamne "les actes de violences" à Évreux

Après les débordements intervenus à Evreux, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a indiqué sur Twitter qu’il condamnait « fermement les actes de violence et les dégradations à Évreux ». « Rien ne justifie la violence. Le retour au calme et au dialogue est un impératif absolu pour tous nos concitoyens. J’apporte mon plein soutien aux forces de l’ordre », a écrit le ministre.


 

17h : Des «gilets jaunes» sur les voies de la gare de Rennes

La circulation des trains a été interrompue à la gare de Rennes. Des manifestants se sont invités sur les voies, rapporte Ouest-France


 

16h32 : Des heurts à Nantes

Des échauffourées ont éclaté entre forces de l’ordre et « gilets jaunes » à Nantes et trois personnes ont été interpellées. « Comme les samedis précédents à Nantes, il y a eu de nombreux jets de projectile et même un cocktail Molotov », a indiqué la préfecture de Loire-Atlantique. « Les forces de l’ordre ont riposté avec des gaz lacrymogènes. Il y a eu trois interpellations », a ajouté cette source. Les manifestants étaient environ 2.000 selon l’évaluation d’un journaliste de l’AFP, tandis que la préfecture n’a pas souhaité communiquer de chiffre.

16h23 : 22 personnes ont été interpellées à Paris
16h22 : Selon le ministère de l'Intérieur, 22.000 personnes défilaient à 14h sur l'ensemble du territoire, dont 2.500 à Paris

A la même heure, il y a une semaine, le ministère de l'Intérieur avait comptabilisé 27.000 manifestants.

16h07 : Premières tensions place de la Bastille à Paris

 

16h05 : 5.000 manifestants du côté de Bordeaux

Selon France Bleu Gironde, 5.000 personnes défilaient ce samedi après-midi.


 

16h02 : Un figure du mouvement appelle à la fin des violences envers les journalistes, policers et gendarmes

Priscillia Ludosky a appelé ce samedi les « gilets jaunes » à ne pas s’en prendre aux journalistes, aux policiers et aux gendarmes. Sur la page Facebook du collectif La France en colère, elle estime que « les professionnels de l’information commencent à faire amende honorable (…) concernant les violences policières et les blessés ».

 

16h02 : Les quatre cortèges parisiens vont converger place de la Bastille
15h40 : Du côté de Toulouse, le cortège se dirige vers le centre-ville

 

15h04 : Quatre véhicules incendiés à Evreux

Une manifestation non déclarée d’environ 800 personnes a eu lieu à Evreux (Normandie), selon la préfecture. Des manifestants ont incendié quatre véhicules de particuliers ainsi que des poubelles aux abords de l’Hôtel de Ville, selon BFMTV citant une source policière.

15h01 : Des manifestants se sont introduits dans les locaux de la police municipale d’Evreux avant d’en être délogés
14h55 : Près de 1.500 manifestants dans le cortège reliant la place de la Nation à celle de la République

Selon, l’entreprise Occurence, qui réalise des comptages indépendants, le cortège qui va de la place de la Nation à celle de la République compte 1.500 manifestants.

14h54 : 15 personnes ont été interpellées à Paris
14h53 : « Il faut entendre les citoyens », a lancé la ministre des Outre-mer Annick Girardin après sa rencontre avec des manifestants

 

 

14h10 : Les « gilets jaunes » lancent leur plate-forme « Le vrai débat »

Des militants « gilets jaunes » de plusieurs régions se sont associés pour créer leur propre plateforme nationale. On vous explique tout par ici.

13h57 : A Strasbourg, entre 200 et 300 « gilets jaunes » se sont rassemblés devant le Parlement européen avant de prendre la direction du centre-ville
13h48 : La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, discute avec des « gilets jaunes » devant son ministère

La ministre a discuté avec des gilets jaunes présents devant son ministère dans le 7e arrondissement de Paris. Elle a invité plusieurs d’entre eux à prendre rendez-vous afin de pouvoir discuter plus longuement avec eux dans les jours à venir.

« Je suis sortie pour leur proposer une rencontre. (…) L’Outre-mer a beaucoup à apporter dans le débat national. »


 

13h46 : Les forces de l’ordre dotées du lanceur de balles de défense (LBD) équipées de caméras-piétons

Pour la première fois ce samedi, les forces de l’ordre dotées du controversé lanceur de balles de défense (LBD), seront équipées de caméras-piétons, a décidé le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, promettant plus de « transparence » dans l’usage de cette arme non-létale accusée d’avoir éborgné plusieurs manifestants.

13h41 : Un des cortèges parisiens lancé pour soutenir les territoires et départements d’Outre-mer

Un autre cortège, au sein duquel se trouve notamment une figure du mouvement, Priscillia Ludosky, manifeste en soutien aux départements et territoire d’Outre-mer.


Ce cortège va se diriger vers le siège de Facebook France, le réseau social étant accusé de « participer à la censure ».

13h39 : Une photo des députés détériorée devant l'Assemblée nationale

 

13h33 : Une « Assemblée des assemblées » dans la Meuse

Les élections européennes, le grand débat national, la poursuite du mouvement, les revendications : des collectifs de « gilets jaunes » venus de toute la France se retrouvent samedi et dimanche à Sorcy-Saint-Martin, près de Commercy (Meuse), pour une « Assemblée des assemblées ».

« Se rencontrer, échanger, débattre », tels sont les objectifs de ce week-end de « coordination nationale démocratique », explique Steven, l’un des porte-parole des « gilets jaunes » de Commercy, à l’origine de l’événement. Soixante-quinze groupes venus de toute la France, soit « 250 à 300 personnes », sont attendus dans la salle des fêtes du village.

L’après-midi sera consacrée à débattre sur les sujets qui traversent les « gilets jaunes » : les revendications, la poursuite du mouvement, sa structuration, la participation ou non au grand débat national et aux élections européennes.

13h27 : La rencontre entre le maire de Toulouse et des « gilets jaunes » annulée

« Un groupe de "gilets jaunes" avait demandé lundi dernier par les réseaux sociaux à me rencontrer, et ce sans poser de conditions. J’avais accepté immédiatement et sans condition », écrit le maire LR Jean-Luc Moudenc dans un communiqué. « Ces "gilets jaunes" ont ajouté une condition à la rencontre : que celle-ci soit filmée en direct. Ce que nous avons refusé. On ne peut s’écouter et se comprendre, éventuellement aller vers la position de l’autre, lorsqu’on se parle sous l’œil d’une caméra qui fige souvent les positions », souligne-t-il.

« Il n’est pas question de créer un précédent. Devant notre refus de la condition ajoutée par les gilets jaunes, ils ont décidé d’annuler la rencontre. Nous regrettons cette attitude car nous voulons un dialogue vrai et libre, non instrumentalisable », selon le maire.

13h03 : Des « gilets jaunes » à la recherche d’Ingrid Levavasseur

 

12h59 : Pour Eric Drouet, Ingrid Levavasseur « s’est servie de la notoriété du mouvement »

Eric Drouet, présent cours de Vincennes à Paris, a déclaré à LCI à propos d’Ingrid Levavasseur : « On a demandé qu’elle retire son gilet jaune et le nom du #RIC. Elle s’est servie de la notoriété du mouvement ».

12h46 : L’adolescent blessé en marge d’une manifestation à Strasbourg a « hâte de retourner à l’école »

Victime possible d’un tir de lanceur de balles de défense selon plusieurs témoins, l’adolescent à la mâchoire fracturée à Strasbourg (Bas-Rhin) le 12 janvier a témoigné malgré ses broches face caméra cette semaine.

Et c’est à lire par ici.

12h44 : Des « gilets jaunes » sont rassemblés avenue du Trône à Paris à l’appel d’Eric Drouet
12h40 : Les « gilets jaunes » rassemblés sur les Champs-Elysées commencent à descendre l’avenue pour se rendre vers la place de la Bastille

Des véhicules blindés de la gendarmerie sont déployés pour sécuriser l’arc de Triomphe.


 

12h31 : Un grand débat qui ne plaît pas à tout le monde ?

Interrogée par LCI, Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat à la Transition écologique, a estimé : « il est normal que certains Français aient une bonne, d’autres une mauvaise opinion du grand débat. Il vient de commencer. Je ne suis pas inquiète. »

12h20 : Près de 5.000 personnes défilent en Normandie

Selon Paris-Normandie, 2.000 « gilets jaunes » défilent à Caen, 1.500 à Rouen et 1.000 à Evreux.

12h09 : Environ « 400 gilets jaunes » descendent les Champs-Elysées

Selon un journaliste de l’AFP présent sur place, près de 400 « gilets jaunes » descendent l’avenue des Champs-Elysées.


 

11h31 : Plus d’un million de téléspectateurs pour le débat Schiappa-Hanouna

Plus d’un million de téléspectateurs ont suivi le grand débat coanimé vendredi soir par la secrétaire d’État Marlène Schiappa et Cyril Hanouna en direct sur C8, selon les chiffres de Médiamétrie ce samedi. Il s’agit d’une audience record pour l’émission Balance ton post lancée en septembre.

Pour la première partie du débat, qui a accouché de plusieurs propositions telles que la suppression de la TVA sur les produits de première nécessité, 1.089.000 de téléspectateurs en moyenne ont regardé l’émission entre 22h10 et 23h15, avec une part d’audience de 6,1 %. À titre de comparaison, l’émission vendredi, tout est permis avec Arthur a rassemblé 1,2 million sur TF1 de téléspectateurs entre 23h00 et 00h35.

La deuxième partie du débat de Marlène Schiappa et Cyril Hanouna, de 23h20 à 01h50 a attiré 756.000 téléspectateurs, soit 11,9 % de pda, précise Médiamétrie.

11h25 : Aussitôt bloqué, aussitôt débloqué ou presque, le blocus du Auchan Drive de Saint-Loup à Marseille a été levé

Nos confrères de La Provence indiquent que le blocus a été levé il y a quelques minutes. Les clients ont de nouveau accès aux bornes, mais des « gilets jaunes » sont toujours sur place, précise le quotidien.

11h14 : Le magasin Auchan du quartier de Saint-Loup, à Marseille, bloqué par des « gilets jaunes »

 

11h11 : Environ mille « gilets jaunes » défilent à Caen

Les chiffres sont donnés par nos confrères de France Bleu Normandie.


 

11h10 : Près de 500 « gilets jaunes » réunis à Evreux

Les manifestants sont réunis devant la mairie, rapporte Paris-Normandie.


 

10h43 : On se regroupe aussi du côté de Caen

France Bleu indique que le cortège est parti du côté de Caen. 



 

10h25 : Quelques manifestants arrivent sur les Champs-Elysées

Comme l’ont constaté des journalistes présents sur place, des manifestants commencent à arriver sur les Champs-Elysées à Paris.



 

09h34 : Mais pourquoi Toulouse est devenue la capitale nationale des «gilets jaunes»?

Semaine après semaine, acte après acte, le flot des « gilets jaunes » grossit dans les rues de Toulouse. L’historien Rémy Pech y voit le signe du « tempérament occitan ». Le décryptage de notre journaliste à Toulouse est à retrouver juste ici.


 

09h04 : Des « gilets jaunes » projetaient des actions violentes dans la Drôme

Quatre « gilets jaunes » ont été mis en examen pour avoir projeté de détruire un péage dans la Drôme et de s’en prendre aux forces de l’ordre, a appris l’AFP vendredi auprès du parquet de Valence. L’un d’eux, présenté comme le meneur, a été écroué et trois autres ont été placés sous contrôle judiciaire. Ils sont poursuivis pour « association de malfaiteurs ».

Ces quatre hommes, âgés de 35 à 46 ans, se sont présentés comme des « gilets jaunes », a précisé la même source. Ils avaient été interpellés mercredi dans le cadre d’une vaste opération avec sept autres personnes qui ont été remises en liberté.

Ce coup de filet, à la veille de la visite d’Emmanuel Macron dans la Drôme, n’a « aucun lien » avec la venue du président jeudi, a souligné le parquet.

08h59 : Marlène Schiappa et Cyril Hanouna font émerger 7 propositions lors d’un « grand débat » en direct

Zéro TVA sur les produits de première nécessité, peine plancher pour les fraudeurs fiscaux… Le « grand débat » co-animé vendredi soir par la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa et le présentateur Cyril Hanouna en direct sur C8 a accouché de plusieurs propositions.

Feutre en main à côté d’un tableau blanc, la secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes a modéré trois heures d’un débat à mi-chemin entre politique et divertissement, dont elle a passé la semaine à défendre le bien-fondé.

On revient sur le débat de vendredi soir par ici.

08h43 : Environ 400 « gilets jaunes » défilent pour une « marche nocturne » à Dunkerque

C’était une première. Environ 400 « gilets jaunes » ont défilé dans le calme vendredi soir dans le centre de Dunkerque (Nord) pour une « marche nocturne citoyenne et pacifiste » organisée par le mouvement dans cette ville portuaire.

« Nous on pense à ceux qui sont morts et puis on a une pensée aussi pour les CRS, les pompiers », ont déclaré Bernard et Maryline. « On veut plus de démocratie, plus d’écoute des citoyens, et une vraie transition énergétique », a expliqué Julien, « sans oublier le pouvoir d’achat ».

08h32 : Vers une première « nuit jaune » à Paris ?

L’idée, diffusée sur Facebook, a été relayée par Eric Drouet, l’une des figures de proue du mouvement. Certains gilets jaunes voudraient lancer ce samedi la « première nuit jaune », qui ferait de la place de la République un « rond-point géant » jusqu’à la fin du grand débat, prévue le 15 mars. sur le modèle des rassemblements citoyens de Nuit debout en 2016. « Cette nocturne ne sera pas violente et menaçante, elle sera citoyenne et pacifiste. Elle permettra de maintenir des rassemblements dans la durée. Nous profiterons de cette nocturne pour débattre, échanger et revendiquer nos véritables doléances. Par ailleurs, nous remettrons un cahier jaune à la fin du Grand Débat, Grand Débat que nous considérons comme une véritable mascarade puisqu’il n’est pas représentatif de nos véritables revendications », expliquent les organisateurs sur la page Facebook de l’événement.

08h30 : Bonjour et bienvenue à tous sur ce live pour suivre en direct avec nous l’acte 11 du mouvement des « gilets jaunes »