«Gilets jaunes» dans l'Indre: Ils font appel à l'armée pour «mettre en fuite» Emmanuel Macron

SOCIETE Les manifestants affirment que leur action « n’est pas un putsch »…

C. Ape.

— 

Emmanuel Macron participe au grand débat national à Bourg-de-Péage, le 24 janvier 2019.
Emmanuel Macron participe au grand débat national à Bourg-de-Péage, le 24 janvier 2019. — AFP

Aux grands maux, les grands remèdes ? Dans l’Indre, des « gilets jaunes » se sont rendus mercredi soir devant la base militaire de Neuvy-Pailloux, dans l'Indre, pour réclamer l’intervention de l’armée dans le but de « neutraliser ou mettre en fuite » Emmanuel Macron et son gouvernement, rapporte La Nouvelle République.

La poignée de manifestants présents espérait ainsi remettre une lettre au lieutenant-colonel David Brion. La lettre, de plus de deux pages, signée par trois « gilets jaunes », a été diffusée sur Twitter. « Nous réclamons le secours de l’armée. Nous souhaitons que nos soldats et officiers, agissent au mieux de leurs possibilités, pour neutraliser ou mettre en fuite Emmanuel Macron et son actuel gouvernement… », expliquent les « gilets jaunes » dans la lettre.

« Une réelle trahison à la Souveraineté du peuple français »

Ils listent également plusieurs faits de guerre et faits économiques qui constituent « une réelle trahison à la Souveraineté du peuple français, à l’indépendance de ses armées et aux valeurs de paix prônées par la République ».

Leur action, qui « n’est pas un putsch », est restée vaine. « Nous allons remettre cette lettre à d’autres colonels, notamment en Aquitaine, en Bretagne et dans le sud-est de la France », a toutefois expliqué l’un des signataires, Sylvain Baron. « Il n’y a pas de révolution sans le concours des corps régaliens. Ce n’est pas un putsch. Nous voulons qu’un gouvernement civil reprenne la main et que les pouvoirs soient confiés provisoirement à Gérard Larcher, président du Sénat. »