«Pas d’économies budgétaires» sur le vélo… Les associations s’inquiètent des répercussions des «gilets jaunes»

TRANSPORTS Ces dernières craignent que le plan vélo, qui prévoit 350 millions d’euros pour cofinancer des infrastructures, soit sacrifié pour financer les mesures fiscales... 

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'un homme à vélo sur la nouvelle piste cyclable du quai de la Prévalaye à Rennes.
Illustration d'un homme à vélo sur la nouvelle piste cyclable du quai de la Prévalaye à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

Si les mesures prises par le gouvernement pour répondre à la crise des « gilets jaunes » ont entraîné une diminution des recettes fiscales, le vélo ne doit pas faire l’objet « d’économies budgétaires », ont averti des associations, ce jeudi. Ces dernières craignent que le plan vélo, présenté en septembre dernier, qui prévoit 350 millions d’euros pour cofinancer des infrastructures, soit sacrifié pour combler les pertes.

L’annulation dans le budget 2019 de la hausse de la taxe carbone et du gazole non routier (GNR) et la dégradation des radars routiers représentent un manque à gagner, mais « ce n’est pas sur le vélo qu’il faudra faire des économies », a averti Matthieu Orphelin, député LREM du Maine-et-Loire, lors d’une conférence de presse du Club des villes et territoires cyclables et du Club des élus nationaux pour le vélo.

« Il faudra assurer le début du suivi de ce plan »

« Il y a une volonté affichée par l’Etat » de promouvoir le vélo, a salué Pierre Serne, président du Club des villes et territoires cyclables. Le gouvernement a présenté en septembre un plan vélo qui prévoit 350 millions d’euros sur sept ans pour cofinancer des infrastructures avec des collectivités, soit 50 millions par an.

En 2019, « il faudra assurer le début du suivi de ce plan », a indiqué Guillaume Gouffier-Cha, député LREM du Val-de-Marne. Ce plan contient également un volet sur l’apprentissage du vélo à l’école. « Nous n’avons pas trop d’informations » à ce sujet, a fait savoir Guillaume Gouffier-Cha.

Des mesures pour le vélo prévues dans la prochaine Loi d’orientation des mobilités

Le grand débat national peut être l’occasion de soutenir des initiatives en faveur du vélo, même si pour l’instant, dans des cahiers de doléances, « j’ai vu le sujet vélo monter, mais pas souvent », a reconnu Matthieu Orphelin.

Est aussi attendue en 2019 la Loi d’orientation des mobilités (LOM), qui débutera son passage au Parlement fin mars. Elle prévoit des mesures en faveur du vélo, contre le vol, ou pour encourager le déploiement de stationnements sécurisés.