«Gilets jaunes» à Montauban: «Pas de censure, ni insulte»... Pour se faire entendre, ils lancent leur webradio

MEDIAS Mercredi, les « gilets jaunes » du Tarn-et-Garonne ont lancé leur première webradio, un espace de débat…

Béatrice Colin

— 

Lors du lancement de la webradio des "gilets jaunes" du Tarn-et-Garonne
Lors du lancement de la webradio des "gilets jaunes" du Tarn-et-Garonne — Webradio GJ 82

Désormais, au milieu des manifestations, il n’est pas rare de croiser des « gilets jaunes » en train de filmer ou de faire des interviews diffusées sur les réseaux sociaux. Ce samedi, Christophe Torrent tendra lui aussi son micro aux citoyens présents à Toulouse pour l’acte 11.

Mobilisé depuis le 17 novembre sur les ronds-points de Montauban, il a décidé de créer avec d’autres « gilets jaunes » une webradio dont l’antenne a commencé à émettre mercredi. Avec en première invitée, la maire de Montauban, Brigitte Barèges (LR).

Un moyen de passer au-delà des médias traditionnels

« Elle va servir à avoir des débats, à recevoir des citoyens, des commerçants, des élus. Ici il n’y aura pas de censure, les gens sont libres de s’exprimer sans être coupés au montage, sans insulte ni provocation », assure Christophe Torrent de Radio gilets jaunes 82. Ce dernier avait déjà lancé la carte de la France en colère lors de l’acte 1 des « gilets jaunes ».

A l’antenne de cette webradio complètement citoyenne, on parle de référendum d’initiative citoyenne, d’ISF, de taxes, de violences policières. Un moyen de passer au-delà des médias traditionnels à l’égard desquels il existe une défiance au sein du mouvement.

« La radio a vocation à durer. Elle tourne 24h/24h avec des plages de musique. Elle est associée à une appli mobile et chacun pourra nous envoyer ses reportages de terrain ou nous appeler en direct », poursuit le « gilet jaune » montalbanais qui a lancé une cagnotte pour financer du matériel et payer la Sacem.