Grand débat national: L'association 40 millions d'automobilistes lance son site internet

CONSULTATION Sur son site, l’association « invite tous les usagers de la route à venir exposer leurs inquiétudes, exprimer leurs avis et proposer leurs solutions »… 

20 Minutes avec AFP

— 

La colère d'un automobiliste à la suite de la hausse des carburants. Cette colère est symbolisée par un gilet jaune. (Illustration)
La colère d'un automobiliste à la suite de la hausse des carburants. Cette colère est symbolisée par un gilet jaune. (Illustration) — SIPA

Estimant que les questions de mobilité sont « négligées » dans le grand débat national lancé par le gouvernement, l’association 40 millions d’automobilistes a mis en ligne, mardi soir, un site Internet pour recueillir les « inquiétudes » des usagers de la route.

L’association « invite tous les usagers de la route à venir exposer leurs inquiétudes, exprimer leurs avis et proposer leurs solutions » sur une série de thématiques (80 km/h, radars, carburants, entretien des routes, etc.), a-t-elle expliqué dans un communiqué.

Une consultation de deux mois sur quatre thèmes

« Le gouvernement a négligé d’interroger les Français sur leur vision de la mobilité et de la sécurité routière, deux problématiques pourtant essentielles dans leur quotidien », a souligné l’association.

Le grand débat national, lancé le 15 janvier par le gouvernement pour répondre à la crise des « gilets jaunes », doit durer deux mois et porte sur quatre grands thèmes : pouvoir d’achat, fiscalité, démocratie et environnement.

« Il ne s’agit pas de tout critiquer gratuitement »

« Les automobilistes ont des inquiétudes légitimes, des choses à dire et des idées à proposer ! (…) Il ne s’agit pas de tout critiquer gratuitement, puisque pour chaque problème soulevé, nous demandons aux automobilistes de réfléchir à des réponses adaptées », a expliqué Pierre Chasseray, le délégué général de l’association.

Une synthèse des contributions sera réalisée et envoyée à Emmanuel Macron en mars, a précisé l’association. Lors de l’inauguration du grand débat national à Grand Bourgtheroulde (Eure)​ la semaine dernière, le chef de l’Etat s’était dit ouvert à des aménagements pour que la limitation de la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires soit « mieux acceptée » par les Français tout en étant « efficace ».