Formation, apprentissage, protection sociale... Des pistes pour améliorer la qualité de la vie au travail

RAPPORT L’Organisation internationale du travail (OIT) a publié des idées pour améliorer la qualité de vie au travail, pour son centenaire…

20 Minutes avec AFP

— 

Des délégués de l'Organisation internationale du travail réunis en 2017 à Genève.
Des délégués de l'Organisation internationale du travail réunis en 2017 à Genève. — Fabrice COFFRINI / AFP

A quoi tient la qualité d’une vie professionnelle ? Pour l'Organisation internationale du travail (OIT), qui a rendu un rapport ce mardi, l’amélioration de la qualité de vie au travail doit passer par plusieurs étapes essentielles comme une formation tout au long de la vie ou une protection sociale garantie…

Ce document a été présenté à Paris dans le cadre du centenaire de l’OIT, qui sera célébré toute cette année. Parmi les recommandations de l’organisme : un droit universel à l’apprentissage tout au long de la vie, la mise en place d’un système « efficace » de formation permanente, un programme avec des objectifs mesurables en matière d’égalité femmes-hommes ou encore une protection sociale universelle garantie de la naissance à la vieillesse.

Garantie universelle pour les travailleurs

La Commission mondiale pour l’avenir du travail, qui a rédigé ce rapport, propose aussi de créer une garantie universelle pour les travailleurs. Cette garantie intégrerait un « salaire assurant des conditions d’existence convenables », des limites à la durée du travail et l’assurance de lieux de travail « sûrs et sains ». Elle souhaite aussi que les politiques publiques encouragent la représentation collective et le dialogue social, considérés comme « un bien public qui est au cœur de la démocratie ».

Il faut aussi, selon le rapport, des mesures obligeant les entreprises à rendre compte de l’impact positif ou négatif de leurs activités sur l’environnement, de même qu’élaborer des indicateurs supplémentaires de progrès vers le bien-être, pour compléter le produit intérieur brut.

Née le 28 juin 1919 dans le cadre du traité de Versailles pour incarner l’idée qu’il ne peut y avoir de « paix universelle et durable sans justice sociale », l’OIT compte 187 États membres et 198 conventions. Sa gouvernance est tripartite (syndicats, patronat, gouvernement).