Nantes: La grève des animateurs du périscolaire s'éternise, parents et mairie s'impatientent

GREVE Depuis la rentrée de janvier, un mouvement social touche les animateurs du périscolaire à Nantes...

J.U.

— 

NANTES, le 04/09/2013 illustration ecole nantaise
NANTES, le 04/09/2013 illustration ecole nantaise — Fabrice Elsner
  • Les accueils périscolaires sont perturbés dans les écoles publiques nantaises.
  • Un mouvement de grève mené par des animateurs qui demandent au nouvel opérateur, Léo-Lagrange, des améliorations de leurs conditions de travail.

La situation ne s’arrange pas dans les écoles nantaises. Depuis la rentrée de janvier, un mouvement de grève touche les animateurs chargés d’encadrer le temps périscolaire. Deux semaines après le début de leur mobilisation, la mairie a publié un nouvel état des lieux dans les écoles, mardi. Résultat : des perturbations dans une cinquantaine d’écoles primaires et maternelles sont prévues, pendant les temps du matin, du midi ou du soir.

Comme en octobre dernier, les animateurs ont voté la grève afin d’obtenir de la nouvelle association gestionnaire, Léo-Lagrange, des améliorations de leurs conditions de travail. « On aime notre métier mais on veut les moyens de pouvoir l’exercer, justifie Emmanuelle, une animatrice syndiquée chez Sud, seul syndicat qui soutient cette action. Nous demandons l’assurance que nos acquis soient conservés. Nous demandons aussi les formations promises et des embauches, et pas dans des conditions de plus en plus précaires… »

Des parents lancent une pétition

De l’autre côté, des parents d’élèves sortent eux aussi de leur silence. Alors que plusieurs courriers ont été reçus en mairie, une pétition en ligne a été lancée, il y a quelques jours. Le texte, qui dénonce notamment les difficultés d’organisation occasionnées par cette grève, avait dépassé les 400 signatures ce lundi.

« Nous pensions que le périscolaire faisait partie des marqueurs politiques importants pour une ville comme Nantes. Or ce malaise social, les difficultés qu’il engendre pour les enfants et les parents et le silence de la ville sur ces questions laisse entendre qu’il ne s’agit pas d’une priorité », continue la pétition. Une interpellation de la mairie, qui a choisi de changer de prestataire pour le périscolaire à la rentrée de septembre 2018.

Une nouvelle rencontre ce mardi

Ce mardi matin, Johanna Rolland a rencontré le président de la fédération. La maire de Nantes rapporte lui avoir demandé « de tout mettre en œuvre, et ce dans les meilleurs délais, pour un retour à la normale de l’accueil périscolaire dans les écoles concernées ».

Mardi après-midi, après plusieurs réunions de négociation, une délégation d’animateurs grévistes doit rencontrer des représentants de la fédération Léo-Lagrange. Une assemblée générale est ensuite prévue jeudi matin pour décider de la suite du mouvement, en fonction des éventuelles annonces. « Il y a chez les collègues de la colère et de l’épuisement, estime Emmanuelle. Nous comprenons les parents mais nous sommes prêts à massifier le mouvement si nous n’obtenons pas d’avancées. »