«Gilets jaunes» à Lyon: La mobilisation ne faiblit pas, de nouveaux heurts éclatent dans le centre-ville

MOBILISATION Les « Gilets jaunes » ont de nouveau défilé samedi dans le centre-ville de Lyon, où les manifestants ont été empêchés de gagner les artères commerciales du centre-ville à coups de lacrymogène…

E.F. avec AFP

— 

Samedi après-midi, sur les quais du Rhône à Lyon, lors de l'acte 10 des "gilets jaunes"
Samedi après-midi, sur les quais du Rhône à Lyon, lors de l'acte 10 des "gilets jaunes" — AFP
  • L’acte 10 des « gilets jaunes » a de nouveau mobilisé samedi dans le centre de Lyon.
  • A plusieurs reprises, les manifestants ont été repoussés des artères commerçantes par des gaz lacrymogènes.
  • Six personnes ont été interpellées.

Un hélicoptère a survolé durant plusieurs heures samedi après-midi le centre de Lyon, où l’air est resté chargé de gaz lacrymogène jusqu’en début de soirée. Plus de 1.500 personnes ont de nouveau défilé à Lyon ce 19 janvier dans le cadre de l’acte 10 des «gilets jaunes», encadrées par un nombre important de forces de l’ordre.

Six personnes ont été interpellées, selon la préfecture du Rhône, lors d’affrontements qui ont éclaté à plusieurs reprises dans la Presqu’ile entre des manifestants et des policiers, mobilisés pour empêcher l’accès du cortège aux rues commerçantes.

«Macron démission»

Parti peu après 14 heures de la place Bellecour, le défilé a rejoint les quais du Rhône en direction du nord de la ville, a contourné l’hôtel de ville, puis est redescendu le long des quais de Saône, avant d’aller vers le quartier de Perrache.

Quelques manifestants scandaient « Macron démission », certains brandissaient des drapeaux français et d’autres portaient une banderole sur laquelle on pouvait lire : « Soyons responsables, ne payons pas la dette #Banque nationale ».

Aux Cordeliers, notamment, le cortège a été canalisé par la police, qui a repoussé à coups de grenades lacrymogènes et assourdissantes des groupes de « gilets jaunes » qui tentaient de rejoindre les rues commerçantes parallèles aux quais, très fréquentées en cette période de soldes. Le même dispositif avait été observé samedi dernier à Lyon.

L’A7 envahie pendant une demi-heure

Des cordons de policiers casqués et un véhicule anti-émeute barraient notamment l’accès à la rue de la République et à la rue Victor-Hugo, les deux principales rues commerçantes de la ville, séparées par la vaste place Bellecour.

En début d’après-midi, un violent affrontement a brièvement opposé des « gilets jaunes » à un groupe de jeunes casqués, qui ont été écartés du cortège. Plus tard, des contestataires ont envahi l’autoroute A7 au niveau de la gare de Perrache, bloquant le trafic pendant près d’une demi-heure, selon la préfecture. Les forces de l’ordre ont été également prises à partie par des manifestants au niveau du quai Gailleton, à deux pas de la place Antonin-Poncet, a constaté une journaliste de 20 Minutes.

Vers 18 heures, la plupart des manifestants avaient rejoint la place Bellecour où les policiers ont tiré plusieurs salves de grenades lacrymogènes, sans véritables affrontements avec les manifestants, qui se sont dispersés aux alentours de 19 heures.