«Gilets jaunes»: Colère à Angers après des violences en fin de manifestation

«GILETS JAUNES» La manifestation régionale s'est achevée dans la confusion. La capitale de l'Anjou n'en avait pas l'habitude...

F.B. avec AFP

— 

Des heurts sont survenus à l'issue de la manifestation des «gilets jaunes» à Angers.
Des heurts sont survenus à l'issue de la manifestation des «gilets jaunes» à Angers. — L.Venance/AFP

Tout avait pourtant débuté calmement. Le rassemblement régional des «gilets jaunes», qui a rassemblé environ 2.500 personnes samedi à Angers, s’est achevé par des violences. Dans cette ville  peu habituée aux débordements, quatre personnes ont été interpellées, a précisé la préfecture, indiquant dénombrer quelques blessés légers parmi les forces de l’ordre et faisant également état de deux manifestants incommodés par les émanations de gaz lacrymogènes.

La préfecture mentionne également une tentative d’incendie contre la Banque de France et des dégradations sur le chantier du tramway. Les manifestants ont aussi incendié des barricades constituées notamment de matériel de chantier.

« Colère et écœurement » du maire

« Ce soir, j’ai un sentiment de colère et d’écœurement », a commenté dans un communiqué le maire d'Angers, Christophe Béchu (ex-LR), faisant état de « très nombreuses dégradations » dans le centre-ville et dénonçant « un tournant inacceptable » du mouvement des « gilets jaunes ».

De son côté, Matthieu Orphelin, député LREM du Maine-et-Loire, a annoncé suspendre ses échanges avec les « gilets jaunes » en raison de ces violences. « La plupart des “gilets jaunes” ne se sont pas immédiatement désolidarisés de ces violences et beaucoup sont restés là où la situation dégénérait, malgré les engagements pris. Le périmètre de sécurité n’a pas été respecté, malgré les engagements pris », a-t-il commenté dans un communiqué.

Tensions en fin d’après-midi

Si le cortège avait rapidement outrepassé l’interdiction d’entrer en centre-ville, le défilé s’était pourtant déroulé dans le calme pendant une bonne partie de l’après-midi. Ce n’est qu’en fin d’après-midi que les choses ont dégénéré après la volonté de certains manifestants d’approcher la préfecture, obligeant les forces de l’ordre à employer grenades lacrymogènes et canon à eau.

La manifestation d’Angers était annoncée comme une manifestation pour l’ensemble de la région Pays-de-la-Loire. Mais un autre rassemblement a réuni entre 800 et 900 «gilets jaunes» à Nantes, selon la préfecture de Loire-Atlantique. Huit personnes y ont été interpellées, a-t-on précisé de même source, en faisant état de « quelques frictions » avec les forces de l’ordre.