Bas-Rhin: Une pétition lancée par des pompiers pour la reconnaissance d'un métier à risques

SECOURS Des pompiers bas-rhinois veulent relancer le débat sur les risques liés à leur profession…

Alexia Ighirri

— 

Bas-Rhin: Des pompiers ont lancé une pétition pour une meilleure reconnaissance du métier à risques
Bas-Rhin: Des pompiers ont lancé une pétition pour une meilleure reconnaissance du métier à risques — Gilles Varela
  • Une pétition demandant la reconnaissance du métier de sapeurs-pompiers comme métier à risques, mise en ligne le 25 décembre par des pompiers du Bas-Rhin, compte près de 50.000 soutiens à ce jour.
  • Ils ont voulu « relancer le débat, qui est ancien mais qui semble s’être arrêté en 2004 ». Date à laquelle le « caractère dangereux » du métier a été reconnu, sans être qualifié de métier à risques.
  • « Les personnels prennent des risques sur les interventions incendie, sont confrontés à l’insalubrité en permanence lors des interventions de secours à personnes, se font agresser régulièrement. »

Il y a une semaine, deux pompiers en intervention sont morts dans l'explosion d'une boulangerie à Paris. Ce qui a, dramatiquement, remis la lumière sur la dangerosité de cette profession. Et qui a permis involontairement à une pétition demandant la reconnaissance du métier de sapeurs-pompiers comme métier à risques, mise en ligne le 25 décembre, de doubler le nombre de signataires. Lancée par des pompiers du Bas-Rhin, elle compte près de 50.000 soutiens à ce jour.

« Le métier de sapeurs-pompiers n’est pas reconnu comme métier à risques et insalubrités. Cependant lors de toutes les souscriptions d’assurances diverses une surcotisation pour métier à risques est appliquée, explique le texte de la pétition. Les personnels prennent des risques sur les interventions incendie, sont confrontés à l’insalubrité en permanence lors des interventions de secours à personnes, se font agresser régulièrement. » Il est ainsi demandé que cette profession puisse bénéficier de la même qualification que la police ou les surveillants pénitentiaires, poursuivent les instigateurs.

« Relancer le débat »

« Tout le monde pense qu’on est qualifié comme tel. Alors, on a voulu jeter un pavé dans la mare », explique l’un des pompiers à l’origine de cette démarche*. Ils ont voulu « relancer le débat, qui est ancien mais qui semble s’être arrêté en 2004 ». Date à laquelle le « caractère dangereux » du métier a été reconnu, sans être qualifié de métier à risques.

« En discutant, on s’est demandé pourquoi on n’en parlait plus. C’était suite à une “garde ambulance” : lors de notre intervention, on avait été insultés. Mon collègue a alors soumis l’idée de lancer une pétition », raconte le pompier de 32 ans.

Exposés aux maladies

Une lettre, signée des syndicats FO SIS 67 et SPP-PATS 67 a par ailleurs été envoyée aux élus pour relayer la demande de reconnaissance. « C’est une revendication qui est vieille, de plus de 20 ans, et qui n’a jamais abouti. C’est une anomalie qu’on n’a jamais pu comprendre. Les syndicats de base essayent de bousculer les élus locaux pour qu’eux le portent au niveau national. Nous avons vu nos représentants nationaux cette semaine en congrès, ils doivent le porter auprès du ministère de l’Intérieur », indique Cédric Hatzenberger, secrétaire général FO SIS 67, rappelant qu’il y a eu 104 décès en France en dix ans.

Une étude menée pour le compte de la Caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales révèle par ailleurs que les pompiers sont exposés à des risques accrus de maladies cardiovasculaires et respiratoires, mais aussi de cancers, en raison des émanations toxiques qu’ils respirent.

Le nombre d’agressions en hausse

Selon des chiffres du ministère de l'Intérieur, le nombre d’agressions déclarées par les sapeurs-pompiers en intervention a augmenté de 23 % en 2017. Si ces violences restent relativement rares (2.813 pompiers agressés sur 4,7 millions d’interventions), leur hausse continue. Au total, entre 2008 et 2017, le nombre d’agressions de pompiers déclarées a plus que triplé (+213 %), ajoute l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales du ministère.

« Mais si on porte plainte systématiquement, c’est plus que cela. Parce que c’est tous les jours, surtout lors des “gardes ambulances” », déplore le pétitionnaire. Si les personnes à l’origine des agressions peuvent être sous l’emprise d’alcool ou dans un état second selon les secours, les propos peuvent être violents : « On nous dit “Vous êtes que des cons”, “allez mourir”, “Je vais vous tuer”. Et il y a les crachats aussi… ». Egalement des « jets de pierres, de pavés, de barres de fer, mortiers, pétards et autres engins artisanaux, guet-apens », complète dans leur lettre les représentants syndicaux.

Malgré cela, le pompier trentenaire veut continuer à exercer ce métier « parce que c’est une vocation.. Mais ce contexte va peut-être poser des problèmes sur le recrutement : il y a un manque dans l’effectif de pompiers volontaires, on attire de moins en moins de jeunes ».

*Le pompier a souhaité témoigner anonymement