VIDEO. Bretagne: Le premier rendez-vous du grand débat national affiche complet

GRAND DEBAT NATIONAL Organisé à Saint-Briac, près de Saint-Malo, il a attiré de nombreux habitants et généré beaucoup de questions…

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration de la rencontre entre des maires normands et Emmanuel Macron à la veille du lancement du grand débat national.
Illustration de la rencontre entre des maires normands et Emmanuel Macron à la veille du lancement du grand débat national. — P. Wojazer / AFP
  • Le premier rendez-vous du « grand débat national » en Bretagne était organisé à Saint-Briac jeudi soir.
  • La commune huppée d’Ille-et-Vilaine a vu le débat faire salle comble.
  • Il aura beaucoup été question de taxes et de pouvoir d’achat pour ce premier rendez-vous.

Le premier rendez-vous breton du «grand débat national» a fait recette jeudi soir. Organisée dans la chic commune de Saint-Briac, non loin de Saint-Malo ( Ille-et-Vilaine), la soirée a fait salle comble dans cette petite cité balnéaire de 2.000 habitants. « Quel impôt faut-il baisser ? Comment rendre notre fiscalité plus efficace ? », a lancé le maire Vincent Denby-Wilmes (sans étiquette) en guise d’introduction. Aussitôt, des mains se lèvent, les micros s’échangent et les prises de parole se succèdent.

A cette soirée, où sont présents de nombreux retraités, il sera beaucoup question de taxe. « Il faudrait plus de tranches sur l’impôt sur les revenus », estime Gérard. D’autres s’étonnent qu’il n’y ait pas de modulation de la TVA en fonction des revenus et qu’il n’y ait pas le même taux d’imposition sur les sociétés au sein des pays de l’Union européenne.

« Il faut absolument encadrer les loyers »

Souvent, le pouvoir d'achat revient sur la table, dans cette commune huppée qui abrite de très grosses fortunes du monde entier. « Il faut absolument encadrer les loyers, dans les années 1980, ce que je payais comme loyer à Rennes correspondait à 1/6e de mon salaire, aujourd’hui c’est un tiers, comment voulez-vous que les jeunes s’en sortent ? », s’interroge Sylvain.

Courtois, le débat ne débordera qu’une seule fois quand un des participants se plaint « de l’argent gaspillé pour les migrants ». « Est-ce que l’on doit privilégier les nationaux ou ceux qui prennent possession de notre territoire ? », lance l’un des participants qui se fait huer. Le maire éteint rapidement l’incendie en posant une autre question.

Un nouveau débat sera organisé dans la commune jeudi prochain. Quant aux échanges de cette première rencontre, ils seront retranscrits dans un compte rendu disponible sur le site internet de la commune.