VIDEO. Alexandre Benalla a conservé un quatrième passeport et un téléphone crypté après son départ de l’Elysée

ENQUETE L’Elysée ne les ayant jamais réclamés, l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron ne les aurait rendus que le 11 janvier dernier…

Manon Aublanc

— 

Alexandre Benalla, le 19 septembre 2018 devant la commission d'enquête du Sénat.
Alexandre Benalla, le 19 septembre 2018 devant la commission d'enquête du Sénat. — Alain JOCARD / AFP

Alors que les auditions dans le cadre de l’affaire Benalla reprennent ce mercredi, Le Canard enchaîné fait de nouvelles révélations, dans son édition du jour, sur l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron. Selon l’hebdomadaire satirique, l’ex-chargé de mission aurait conservé un quatrième passeport et un téléphone crypté, plus de six mois après son départ de l’Elysée.

« A la lecture du Canard, les sénateurs vont encore s’instruire. Ils apprendront que le dircab (Patrick Strzoda) avait oublié de réclamer à l’ex-garde du corps quelques menues bricoles », écrit l’hebdomadaire satirique.

Deux passeports diplomatiques et deux passeports de service

Le journal explique qu’Alexandre Benalla n’aurait pas eu deux passeports, mais quatre :  deux passeports diplomatiques, rendus le 9 janvier dernier, et deux passeports « de service ». Ces derniers « facilitent le passage aux frontières et permettent de voyager sans visa dans certains pays », détaillent nos confrères.

L’un des deux passeports de service lui a été délivré alors qu’il travaillait à la délégation interministérielle pour l’égalité des chances des Français d’outre-mer, en 2016, tandis que le second lui a été remis le 28 juin 2018. Et c’est ce dernier que l’Elysée aurait « oublié » de réclamer.

Un téléphone crypté « secret-défense » conservé illégalement pendant six mois

Mais les révélations du Canard enchaîné ne s’arrêtent pas là. L’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron aurait conservé son téléphone crypté « secret-défense » jusqu’au 11 janvier dernier, soit près de six mois après son départ.

Le téléphone Teorem, un appareil « secret-défense » est « utilisé par le président de la République et les huiles de l’Etat – civils et militaires – pour leurs communications ultrasécurisées. » Licencié par l’Elysée mi-juillet, Alexandre Benalla aurait donc dû restituer les deux objets. Mais ces derniers ne lui ont jamais été réclamés.

La commission d’enquête sénatoriale reprend du service

Selon Le Canard enchaîné, le quatrième passeport, « de service », et le téléphone crypté ont finalement été rendus, par l’avocate d’Alexandre Benalla, au palais présidentiel, le 11 janvier.  La commission d’enquête sénatoriale, qui reprend du service, après deux mois de veille, devra donc probablement étudier l’utilisation faite de quatre passeports par l’ex-chargé de mission de l’Elysée.

Patrick Strzoda, le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, et Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, doivent être de nouveau auditionnés, ce mercredi. Pour la première fois, Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires étrangères, sera, lui aussi, entendu. Quant à Alexandre Benalla et Vincent Crase, ex-employé de LREM et chef d’escadron dans la réserve opérationnelle de la gendarmerie, leurs versions sont attendues lundi.