Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
UNIVERSITEDes étudiants niçois améliorent leurs notes grâce à l'engagement associatif

Nice: Des étudiants améliorent leurs notes grâce à l'engagement associatif

UNIVERSITE
L'université Nice Côte d'Azur a décidé de valoriser ce temps passé à aider les autres...
Un étudiant prenant des notes de cours. Illustration.
Un étudiant prenant des notes de cours. Illustration. - CHANDAN KHANNA / AFP
Mathilde Frénois

Mathilde Frénois

L'essentiel

  • Depuis plusieurs mois, il est possible de gagner jusqu’à 0,25 point par semestre en échange de temps passé pour les autres.
  • Plusieurs associations sont partenaires : la Croix rouge, Amnesty International, le Secours populaire.
  • Une manière de rajeunir et de booster l’engagement associatif.

Tenir la permanence d’une épicerie solidaire ou ramasser les mégots sur le parvis. Autant d’activités bénévoles organisées par les étudiants de Nice. L’ université Côte d’Azur compte valoriser cet engagement auprès d’associations. Depuis plusieurs mois, elle leur propose de gagner jusqu’à 0,25 point par semestre en échange de temps passé pour les autres.

« On a souhaité faire une politique plus forte et être plus incitatifs, explique Sophie Raisin, vice-présidente chargée de la vie universitaire. D’un côté, l’université a créé une mission portant sur les sciences et l’écoresponsabilité. » Ainsi, les étudiants ont mis en place des jardins partagés sur le campus de Carlone, ont nommé des ambassadeurs Zéro Déchet, ont organisé un ramassage de mégots et ont donné une nouvelle vie aux objets grâce à une gratiféria.

Secours populaire et Croix rouge

D’un autre côté, l’université étoffe son réseau de partenariats. Les étudiants peuvent également gagner des points ou valider une partie de leurs UE (unité d’enseignement) en s’engageant dans des associations au moins 20 heures par semestre : « Certains liens sont historiques, note Sophie Raisin. L’AFEV est spécialisé dans l’accompagnement des jeunes dans les quartiers de la ville. Les étudiants sont les bras armés pour faire l’accompagnent scolaire. » Des partenariats existent aussi depuis plusieurs années avec Amnesty international. Mais d’autres sont nouveaux : la tenue d’une épicerie solidaire au sein de Carlone avec le Secours populaire et des formations avec la Croix rouge. « Vingt étudiants se sont engagés, c’est le maximum que pouvait prendre en charge la Croix rouge, compte Sophie Raisin. C’est un succès car il y a eu plus de candidats que de places disponibles. »

Un engagement qui permet de booster l’univers du monde associatif. « Les étudiants cloisonnent leur formation et leur vie personnelle, l’idée et de développer les relations. Un lien se crée entre université et vie civile, pointe Karine Emsellem, professeur de géographie proche d’associations dans le domaine social. Nice n’est pas une ville où l’engagement est important en nombre de personnes. Toutes les associations ont du mal à recruter. Elles sont preneuses de cette ouverture. » Et de ce rajeunissement.

Sujets liés