Cagnotte pour les forces de l’ordre: «Cela pose des questions», de l’aveu de Renaud Muselier

GENEROSITE La cagnotte lancée par Renaud Muselier en faveur des forces de l’ordre a déjà récolté près d’1,5 million d’euros en 72 heures…

Adrien Max

— 

Renaud Muselier est président de la région Paca
Renaud Muselier est président de la région Paca — Lionel Urman/SIPA
  • Renaud Muselier, le président de la région Paca a lancé une cagnotte en faveur des forces de l’ordre qui a déjà récolté près d’1,5 million d’euros en 72 heures.
  • Il explique que l’utilisation de cet argent se fera en toute transparence par des associations des forces de l’ordre.
  • Eric Morvan, directeur général de la police nationale a déclaré que les autorités n’avaient pas besoin de cette cagnotte.

Près d’1,5 million d’euros en moins de 72 heures. La cagnotte lancée par le président de la région Paca, Renaud Muselier, en faveur des forces de l’ordre connaît un succès retentissant. Il est revenu ce vendredi matin, lors de ses vœux à la presse, sur cette « agréable surprise ».

De son aveu même, la cagnotte en faveur de l’ancien boxeur suspecté d’avoir frappé des policiers samedi dernier à Paris, a été l’élément déclencheur de cette initiative. « Je me suis senti abasourdi par cette cagnotte. Quand je l’ai vu, j’ai été révolté. Je ne peux pas supporter ça, donc je me suis dit qu’on allait faire la même chose », explique-t-il.

« Quelle ne fut pas notre surprise »

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne s’attendait pas à un tel résultat. « En discutant avec mes conseillers, on s’attendait à récolter environ 200.000 euros. Qu'elle ne fut pas notre surprise d’atteindre le million, en 48 heures à peine. Cela pose plusieurs questions, mais c’est une agréable surprise », a commenté Renaud Muselier.

Selon lui, cette réussite est le fruit d’une « majorité silencieuse » face à l’indignité nationale, tout en réfutant la qualification de « démarche partisane ». « C’est un clin d’œil aux forces de l’ordre, a-t-il avancé. 53.000 personnes ont déjà donné, c’est plus que le nombre de manifestants les samedis. »

« J’ai demandé des garanties »

Parmi les questions soulevées, celle de la véracité des dons. « Comme tout le monde, j’ai été surpris de voir la cagnotte doubler au cours de la nuit. J’ai demandé des garanties, et le site a donné une explication : ils ont dû faire face à un grand nombre de dons, qu’ils ont échelonné au cours de la nuit », a tenté de rassurer Renaud Muselier.

Quant à son utilisation ? « Aucun argent ne sera versé sur le compte de qui que ce soit. Un compte spécifique sera créé par l’amicale des policiers, même si la cagnotte est à destination de toutes les forces de l’ordre, a-t-il détaillé. L’utilisation de cet argent se fera en toute transparence. »

« Eviter toute ambiguïté »

Eric Morvan, directeur général de la police nationale a pourtant annoncé sur les ondes de France Inter que « la police n’avait pas besoin de cet argent ». « Le Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences Po) indique que la police nationale jouit d’une bonne image dans le pays », a précisé le directeur général. Renaud Muselier n’a pas tardé à réagir : « Je m’en suis ému auprès de Laurent Nunez et Stéphane Bouillon, la police nationale devrait rectifier le tir. Si la police n’a pas besoin de cet argent, les policiers du Var ont besoin de casques… ».

Pour Jean-Marc Bailleul, secrétaire général du syndicat SCSI, ce genre d’initiative « fait toujours du bien ». Mais elle nécessite une grande prudence. « Jusqu’à jeudi, je ne connaissais pas l’amicale de la police nationale. C’est en réalité une association créée par le syndicat Alliance. Je n’ai rien contre Alliance, ni contre aucun autre syndicat, mais cela peut poser des questions. Il y a une réelle nécessité d’éviter toute ambiguïté, c’est pour cela que nous préférerions une association reconnue d’utilité publique, comme celle des orphelins de la police », estime-t-il.

Proche d’Alliance

D’autres émettent encore davantage de doutes, comme Denis Jacob, secrétaire général d’Alternative police, et ancien membre d’Alliance. « Compte tenu du contexte, le moindre doute peut découler sur une suspicion de manipulation politique. Or, Renaud Muselier est l’ami intime de Jean-Claude Delage, secrétaire général d’Alliance. Dont l’amicale de la police nationale dépend entièrement. Les liens sont donc très étroits, même si cela ne veut pas forcément dire que c’est de la magouille. Mais à partir de la moindre suspicion, cela peut vite monter en mayonnaise », considère-t-il.

Il s’interroge également sur le fonctionnement de Leetchi, la plateforme. « Des coordonnées bancaires doivent être renseignées avant tout lancement de cagnotte. Quelles coordonnées ont été renseignées ? Si ce sont celles de l’amicale, cela veut dire que c’était acté depuis le début », se questionne le syndicat. Cette cagnotte n’a donc pas fini de faire couler de l’encre.