Non, Christophe Dettinger n’est pas un policier infiltré au sein des «gilets jaunes»

FAKE OFF Des séquences vidéo virales prétendent démontrer que Christophe Dettinger, ancien boxeur professionnel filmé en train de frapper les forces de l'ordre, serait en réalité un policier...

Alexis Orsini

— 

L'ancien boxeur Christophe Dettinger (à droite) est accusé d'avoir agressé deux gendarmes lors d'une manifestation des «gilets jaunes» à Paris, le 5 janvier 2019.
L'ancien boxeur Christophe Dettinger (à droite) est accusé d'avoir agressé deux gendarmes lors d'une manifestation des «gilets jaunes» à Paris, le 5 janvier 2019. — ISA HARSIN/SIPA
  • Filmé samedi 5 janvier en train de frapper des gendarmes « l'acte VIII » des « gilets jaunes », l'ancien boxeur professionnel Christophe Dettinger sera jugé le 13 février.
  • Certains internautes le soupçonnent d'être un policier infiltré au sein des manifestants : ils s'appuient sur son comportement jugé louche dans certaines séquences vidéo tournées ce jour-là.
  • Mais ces théories complotistes interprètent à tort son attitude ou la détournent carrément de son contexte.

Christophe Dettinger, l’ancien boxeur professionnel qui a frappé deux gendarmes à Paris lors de « l’acte VIII » des « gilets jaunes », ferait-il en réalité partie des forces de l’ordre ?

Dès le 5 janvier, jour de la mobilisation, la page Facebook FairEcho, spécialisée dans le partage de « nouvelles vidéos toutes plus étonnantes les unes que les autres », alimente cette théorie avec un montage intitulé « Et si le boxeur était un policier… ».

La séquence met en avant des extraits bien précis de l’affrontement entre gendarmes et manifestants sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor pour mieux pointer du doigt le comportement jugé louche de Christophe Dettinger, reconnaissable à son manteau et à son bonnet noirs.

Mais FairEcho est loin d’être seul à relayer ce scénario complotiste : sur Twitter, différents internautes ont aussi repris cet extrait, ainsi que d’autres images filmées ce jour-là, pour pointer du doigt sa prétendue proximité avec les forces de l’ordre.

Si Christophe Dettinger s’est depuis justifié sur Facebook et rendu de lui-même au commissariat, avant d’être placé en détention provisoire dans l’attente de son procès, la vidéo continue de toucher un large public, avec plus de 530.000 vues et près de 20.000 partages à ce jour.

FAKE OFF

« La personne va passer les trois [rangées] de gendarmes » s’étonne notamment FairEcho, en montrant effectivement Christophe Dettinger, les mains en l’air, passer sans encombre à travers le cordon de forces de l’ordre qui bloque l’accès à la passerelle Léopold-Sédar-Senghor.

Sur cet extrait - tiré du live Facebook réalisé par Brut le 5 janvier -, il suffit pourtant de regarder les secondes qui suivent son passage (aux alentours de 35 minutes) pour constater que plusieurs personnes franchissent également le cordon sans problème… qu’elles portent ou non des « gilets jaunes ».

Et pour cause : elles regagnent ainsi l’entrée de la passerelle, non bloquée par les forces de l’ordre. Nul besoin, donc, d’être policier ou gendarme pour pouvoir franchir le cordon dans ce sens-là.

« Barrez-vous ! »

Sur Twitter, un internaute qui se présente comme « gilet jaune » entend pour sa part montrer, dans une autre vidéo, le « boxeur avant son altercation avec ses amis CRS », ce qui lui suffit visiblement pour parler de « machination ».

On y voit Christophe Dettinger s’adresser aux forces de l’ordre, en agitant les bras, comme s’il leur donnait des consignes – une théorie accréditée par l’absence de piste audio sur cette reprise d’une séquence du Parisien, dans laquelle on n’entend pas non plus la teneur de ses propos.

Toutefois, sur une autre vidéo tournée au même moment, à quelques mètres de distance, on l’entend clairement crier (à partir de 6 minutes ci-dessous) : « Barrez-vous ! Laissez-nous tranquilles ! Barrez-vous ! » avant de marcher, aux côtés de « gilets jaunes », sur les pas des forces de l’ordre qui s’éloignent de cette partie du pont.

Quelques minutes plus tôt, on aperçoit en outre l’ancien boxeur protester contre les forces de l’ordre (à 3:16), en se positionnant clairement du côté des manifestants…

 

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Envoyez un mail à l’adresse fakeoff@20minutes.fr. 20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre la désinformation. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.