Montpellier: Le système d’attribution des logements sociaux va évoluer

HABITAT Montpellier va adopter un système de points afin de lever l’opacité sur les critères d’attribution des logements sociaux dans la métropole…

Jérôme Diesnis

— 

Un logement social (Illustration).
Un logement social (Illustration). — MARTIN BUREAU / AFP

C’était l’une de ses promesses de campagne en 2014. Philippe Saurel, maire (DVG) de Montpellier, l’a annoncé lors des vœux au personnel d’ACM Habitat, l’office public de l’habitat, principal bailleur social de la métropole. Afin de lever l’opacité sur les critères d’attribution de ces logements, un système de points (dit de « scoring ») va être mis en place. « Cela va permettre une meilleure traçabilité pour les demandeurs sur l’évolution de leur demande », détaille le maire. Ses modalités restent à définir.

Plusieurs collectivités ont déjà adopté ce système, notamment la Ville de Paris. A Montpellier, 24.000 demandes de logements sociaux sont en attente, faute de place. Il faut souvent compter plusieurs années avant d’obtenir un logement. L’édile a également confirmé la volonté de porter à 42 % le taux de logements sociaux dans le prochain plan local de l’habitat.

Taux de logements sociaux dans la métropole : objectif ambitieux

Aujourd’hui, la ville de Montpellier atteint quasiment l’objectif fixé par l’Etat (25 % sur le parc locatif total), mais pas l’ensemble des communes de la métropole (le taux de logements sociaux atteint 16 % selon les chiffres de 2016). Dans le détail, l’augmentation va concerner une hausse des logements sociaux de 30 à 36 %, complétés par 6 % d’accession à la propriété, « grâce à l’accord des maires de la métropole, afin de rattraper les directives des différentes lois », souligne Philippe Saurel.