C'est l'heure du BIM: Violent incendie à Toulouse, l'ancien boxeur en détention et procès de Mehdi Nemmouche

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d'information matinal (BIM)...

M.C.

— 

Un pompier de Toulouse en intervention (illustration).
Un pompier de Toulouse en intervention (illustration). — FRED SCHEIBER

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap' pour vous aider à y voir plus clair.

Toulouse : Un violent incendie d’immeuble fait 19 blessés, dont 2 en « urgence absolue »

Dix-neuf personnes ont été blessées, dont deux « en urgence absolue », dans l’incendie d’un immeuble d’habitation, dans le centre de Toulouse, dans la nuit de mercredi à jeudi, ont annoncé les pompiers. La cause de ce violent incendie reste, pour le moment, inconnue. L’immeuble de quatre étages, « partiellement effondré », et un hôtel adjacent ont été évacués, et leurs 72 résidents pris en charge, a précisé le lieutenant-colonel Sylvain Gergaud, chef des opérations. Le feu était maîtrisé en début de matinée.

VIDEO. « Gilets jaunes » : Christophe Dettinger placé en détention provisoire en attendant son procès

La décision a été accueillie par des cris dans la salle. L’ancien boxeur professionnel Christophe Dettinger a été placé mercredi soir en détention provisoire dans l’attente de son procès le 13 février pour l’agression de deux gendarmes samedi lors de l'« acte VIII » des « gilets jaunes » à Paris.

Attentat du musée Juif de Bruxelles : Au procès de Mehdi Nemmouche, le spectre du « complot »

Les théories complotistes vont-elles s’inviter devant la cour d’assises bruxelloise ? C’est ce que craignent certaines parties civiles à quelques heures de l’ouverture des débats au procès de Mehdi Nemmouche, renvoyé devant la justice belge pour l’assassinat en mai 2014 de quatre personnes au musée juif de Bruxelles. Depuis quatre ans, de nombreuses thèses remettant en cause l’implication du Roubaisien circulent sur les sites les plus populaires d’extrême droite. Jusqu’ici cantonnées au web, ces hypothèses pourraient être défendues par les avocats du principal suspect.