Rhône: Les commerçants, pénalisés par les mobilisations des « gilets jaunes », autorisés à ouvrir les deux prochains dimanches

SOLDES Le préfet autorise les commerçants à ouvrir les deux prochains dimanches pour les soldes. Une manière de répondre, en partie, aux baisses de chiffres d’affaires enregistrées dans le contexte de mobilisation des « gilets jaunes »…

Elisa Frisullo

— 

Les magasins pourront ouvrir les 13 et 20 janbier. Illustration.
Les magasins pourront ouvrir les 13 et 20 janbier. Illustration. — VINCENT WARTNER / 20 Minutes
  • Les magasins de la métropole et du Rhône pourront ouvrir les deux prochains dimanches.
  • La préfecture du Rhône a pris un arrêté en ce sens, comme les services de l’État en Isère, pour que les commerçants, pénalisés par la crise des « gilets jaunes » puissent rattraper leur baisse de chiffre d’affaires.

Les rideaux baissés en pleine journée le samedi après-midi sur les grosses artères commerciales ou des centres commerciaux fermés pendant les achats de Noël par crainte des débordements. Dans le Rhône, comme dans de multiples départements de France, les commerçants ont été nombreux à voir leur chiffre d’affaires s’effondrer en fin d’année lors des grandes journées d’actions des « gilets jaunes ».

A plusieurs reprises par exemple, le pôle de commerces et de loisirs de Confluence, à Lyon, a fermé ses portes quelques heures, lors des week-ends de fin d’année. Tout comme les enseignes de la Presqu'Ile.

Un arrêté pris à Grenoble

Pour leur permettre de rattraper leurs pertes financières, la préfecture du Rhône a pris un arrêté visant à augmenter le nombre d’ouvertures exceptionnelles autorisées le dimanche dans le département. Comme le 6 janvier, les enseignes pourront donc ouvrir au public les 13 et 20 janvier dans la métropole de Lyon et l’ensemble du Rhône.

« Cette décision a été prise afin d’aider les entreprises à faire face à cette situation exceptionnelle affectant leur activité. Ces ouvertures se feront en pleine conformité avec les dispositions du Code du Travail, notamment le principe de volontariat du salarié pour le travail dominical », précise la préfecture du Rhône.

En Isère, un arrêté similaire a été pris par le préfet. Sur demande de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI), les services de l’Etat ont décidé d’autoriser les commerces de l’arrondissement de Grenoble « à employer exceptionnellement des salariés les deux prochains dimanches ». Une dérogation là encore justifiée par les conséquences économiques désastreuses des récents mouvements sociaux.

« Ces mouvements ont entraîné des difficultés d’accès aux commerces, aussi bien pour les fournisseurs que pour les clients, et donc une baisse significative de l’activité économique des commerçants », explique la préfecture.