Malte: Les Européens trouvent un accord pour accueillir les 49 migrants bloqués en mer

IMMIGRATION Recueillis en mer Méditerrannée par deux navires allemands, les migrants étaient bloqués à bord faute de pays pour les accueillir...

20 Minutes avec AFP

— 

Des migrants sont, pour certains, coincés depuis deux semaines en mer au large de Malte
Des migrants sont, pour certains, coincés depuis deux semaines en mer au large de Malte — FEDERICO SCOPPA / AFP

Après plusieurs jours passés sur un bateau, les 49 migrants bloqués en mer vont enfin pouvoir toucher la terre ferme. Selon le Premier ministre maltais Joseph Muscat, les migrants accueillis à bord de navires d’ONG allemandes, vont être répartis au sein de huit pays européens.

Ils vont être raccompagnés à La Valette par des vedettes de la marine maltaise. Ces migrants avaient été secourus dans les eaux internationales au large de la Libye, le 22 décembre par l’ONG Sea-Watch pour 32 d’entre eux, le 29 décembre par l’ONG Sea-Eye pour les 17 autres. Malte a prié les navires des deux ONG de s’éloigner « immédiatement ».

Certaines personnes renvoyées dans leur pays

Les deux navires avaient été autorisés il y a une semaine à s’abriter du mauvais temps dans les eaux maltaises. Mais l’accord en vue d’un débarquement des migrants a pris du temps parce que Malte exigeait d’y inclure 249 autres migrants que ce tout petit pays méditerranéen avait secourus et accueillis ces derniers jours.

« Un accord ad hoc a été trouvé. Sur les 249 [migrants] présents à Malte et les 49 à bord [des navires de] Sea-Watch and Sea-Eye, 220 personnes seront redistribuées dans d’autres pays membres ou rentreront dans leur pays d’origine », a déclaré Joseph Muscat au cours d’une conférence de presse à Malte. Les migrants seront répartis entre l’Allemagne, la France, le Portugal, l’Irlande, la Roumanie, le Luxembourg, les Pays-Bas et l’Italie, a précisé le Premier ministre.

L’accord ne constitue pas « un précédent »

Parallèlement, 44 Bangladais du groupe des migrants déjà présents à Malte seront renvoyés dans leur pays, La Valette estimant qu’ils n’ont pas de raison d’y demander l’asile. Au final, 78 des migrants du premier groupe resteront à Malte, le plus petit pays de l’Union européenne avec 450.000 habitants.

« Nous voulions faire passer un message politique fort, à savoir que le fardeau devait être partagé car il s’agit d’un problème européen. Il ne s’agit pas d’un discours contre les ONG, nous voulons simplement que tous suivent les règles », a-t-il insisté. « Chaque heure passée sans règlement n’était pas une heure dont j’étais fier », a ajouté Joseph Muscat, en regrettant que la solution n’implique que quelques pays et non l’ensemble de l’UE.

Redoutant de voir les arrivées dans ses eaux se multiplier à l’avenir maintenant que les navires de secours plus au sud se sont raréfiés, Malte avait plaidé pour une solution « complète et globale ». « Malte est un très petit pays et il est dans notre nature d’aider les personnes en détresse, mais en tant que Premier ministre, je ne peux pas me soustraire à la responsabilité de préserver notre sécurité et nos intérêts nationaux », a expliqué Joseph Muscat, répétant que le présent accord ne constituait pas « un précédent ».