Polémique sur son salaire: Chantal Jouanno annonce qu'elle se retire du «grand débat national»

DEPART Le journal « La lettre A » a révélé que Chantal Jouanno percevrait plus de 14.000 euros par mois, un salaire presque équivalent à celui d’Emmanuel Macron…

L.Br. avec AFP

— 

Chantal Jouanno, le 28 octobre 2015 à Paris.
Chantal Jouanno, le 28 octobre 2015 à Paris. — AFP

La polémique était trop forte. Chantal Jouanno, présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP), a annoncé ce mardi sur le plateau du 20 Heures de France 2 qu’elle se retirait du « grand débat national ». Lundi, des révélations sur son salaire avaient suscité des critiques et des interrogations.

« J’ai décidé de me retirer du pilotage de ce débat », a déclaré l’ancienne ministre. Chantal Jouanno estime que les débats nés sur son niveau de salaire [14.666 euros] étaient « légitimes » mais que les « conditions de sérénité nécessaires pour ce débat » n’étaient pas assurées. « C’est une décision que j’ai prise parce que je crois en ce débat (…) plus que nécessaire », a-t-elle poursuivi, précisant qu’elle ne quittait pas pour autant la présidence de la CNDP.

« Cela ne dépend pas de moi »

Son salaire s’élèverait à 14.666 euros bruts mensuels, selon La Lettre A parue lundi, soit un revenu quasi-équivalent à celui du président de la République ou du Premier ministre, qui touchent chacun 15.140 euros bruts par mois. « C’est le salaire fixé par les autorités pour les présidents de la CNDP, quels qu’ils soient », avait expliqué lundi Chantal Jouanno au micro de franceinfo. « Cela ne dépend pas de moi et ça n’est pas lié au grand débat national ».

« Je comprends (que ça puisse choquer) et je pense que c’est important aussi que les gens disent pourquoi ça les choque, en quoi ça pose problème, et à la limite, s’ils veulent faire une proposition pour réviser ce salaire, ils en sont totalement libres », avait-elle ajouté. L’argument n’aura pas été assez fort pour se maintenir à la tête de l’organisation du « grand débat ».