VIDEO. «Gilets jaunes»: Leetchi clôt la cagnotte lancée en soutien à l'ex-boxeur, qui a frappé un gendarme

MOBILISATION Christophe Dettinger, soupçonné d’avoir frappé plusieurs gendarmes ce week-end, s’est présenté de lui-même aux autorités, lundi, avant d’être mis en garde à vue…

Manon Aublanc

— 

Le boxeur, aux prises avec des gendarmes.
Le boxeur, aux prises avec des gendarmes. — Twitter (UEFA)

Plus de 117.000 euros. C’est la somme déjà récoltée par une cagnotte Leetchi, lancée ce lundi par la belle-sœur de Christophe Dettinger, le boxeur accusé d’avoir frappé un gendarme lors de « l’acte 8 » de la mobilisation des « gilets jaunes », ce week-end. Face aux nombreuses réactions d’indignation, la plateforme Leetchi a décidé, ce mardi midi, de clôturer la cagnotte.

« Soutien à Christophe D notre boxeur national », pouvait-on lire sur la légende de la cagnotte, à laquelle plus de 6.600 personnes avaient contribué, ce mardi matin. Dans une vidéo relayée, ce week-end, par l’agence de presse Line Press, on apercevait l’homme de 37 ans, originaire de région parisienne et surnommé « le gitan de Massy » boxer un gendarme et lui porter des coups au visage.

« Il a assumé ses actes mais risque de servir d’exemple »

« Tous les week-ends, cet homme a défendu pacifiquement ses idées, celles des Gilets Jaunes. Concerné par l’avenir de son pays, il fait partie de cette France des oubliés qui ne cherche qu’à se faire entendre. Aujourd’hui, il a assumé ses actes mais risque de servir d’exemple », avait écrit la belle-sœur de l’ancien boxeur.

« Par cette cagnotte, nous souhaitons soutenir sa famille et lui montrer la solidarité du peuple des Gilets Jaunes, du vrai peuple français. Cette cagnotte officielle est la seule et unique validée par sa famille », poursuivait la description de la cagnotte. Dans la matinée, le montant récolté a disparu de la page. « Suite à l’engouement et aux pressions médiatiques, et afin de préserver la famille de Christophe, nous avons décidé de ne plus afficher le montant total », avait indiqué l’organisateur de la cagnotte.

Un « héros de la nation » qui inspire le « respect » pour certains

Dans une vidéo, tournée par un membre de sa famille et postée sur Facebook lundi, avant de se présenter de lui-même aux autorités et d’être mis en garde à vue, Christophe Dettinger s’était expliqué sur son geste : « J’ai fait toutes les manifestations du samedi sur Paris. J’ai vu la répression qu’il y a eu, j’ai vu la police nous gazer, j’ai vu la police faire mal à des gens », avait-il précisé, ajoutant que sa colère était montée et qu’il avait « mal réagi ».

Surnommé le « gitan de Massy », l’homme a été champion de France des poids lourds-légers en 2007 et 2008. Si les commentaires de soutien et les messages de « respect » au « héros de la nation » se sont multipliés sous la cagnotte, de nombreuses personnalités politiques ont exprimé leur indignation.

« Tout le monde doit être responsable : cette cagnotte est indigne »

« Apparemment, ça rapporte de frapper un policier. Quand l’attrait de l’argent vient s’ajouter à la haine et à la violence, je n’ai que du dégoût », a déclaré Mounir Mahjoubi, le secrétaire d’État au numérique, lundi. « Tout le monde doit être responsable : cette cagnotte est indigne », a-t-il ajouté.

Interrogée mardi matin sur franceinfo, la ministre des Transports, Elisabeth Borne, a estimé que le succès de cette cagnotte était « choquant ». « Est-ce que c’est normal de vouloir apporter un soutien à ce monsieur qu’on a vu frapper un policier à terre, qu’on a vu boxer un policier ? », a-t-elle déclaré, avant d’ajouter : « Je pense qu’il faut aussi que chacun reprenne un peu ses repères. »